Mauritanie : question démographique et autonomisation des femmes au Sahel

DR UNFPA DAKAR


Mabingue NGom, le Directeur régional pour l’Afrique du Centre et de l’Ouest du Fonds des Nations unies pour la population (l’UNFPA), Mabingue NGom, a assisté le 28 mai à l’atelier régional de Nouakchott sur l’engagement en faveur du dividende démographique et de l’autonomisation des femmes au Sahel. Au cours de la conférence de presse qu’il a animée en marge des travaux, il a déclaré que la «rencontre de Nouakchott est importante » soulignant que «l’avenir de l’Afrique en dépend », notamment sa jeunesse et en particulier, les jeunes filles. Ces dernières seraient pénalisées, a-t-il dit, « par des pratiques sociales défavorables à leur épanouissement et à leur développement ».

« En mettant en œuvre l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel (le SWEDD), nous pouvons changer l’Afrique » a affirmé Mabingue Ngom. Lors d’une conférence de presse qu’il a animée en marge de l’atelier régional de Nouakchott, il a insisté sur l’importance des changements de comportements, telle la lutte contre les mariages et les grossesses précoces qui empêchent les filles de pousser leurs études plus loin dans l’enseignement secondaire et supérieur. Ces pratiques sont tout simplement, selon lui, «incompatibles avec une Afrique confrontée à l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et à l’Agenda 2030 des objectifs de développement durable (ODD) ».

Mabingue Ngom insiste sur le fait que, contrairement au passé où les programmes de développement n’étaient pas mis en œuvre dans des conditions optimales, avec un faible niveau d’exécution qui ne prenait pas en compte les réalités locales, le SWEDD compte bien renverser la tendance. Aussi, le Directeur régional de l’UNFPA estime que «l’engagement des communautés locales est un facteur de réussite », s’estimant heureux de constater que «l’atelier de Nouakchott porte sur cette communication sensible aux réalités locales ».

Il a déclaré que ce sont les bonnes politiques, celles qui sont judicieusement mises en œuvre, et non l’argent, qui font le développement. «L’Afrique, avec ses talents et ses taux de croissances parmi les plus élevés au monde, doit se bâtir autour des ressources disponibles au niveau local » a-t-il souligné. Il estime qu’avec un engagement politique plus fort, le dividende démographique est  un important aspect de l’agenda de développement international post-2015. «Il constitue un chantier pour la nouvelle Afrique de 2063 et ce sera le thème principal de la réunion des Chefs d’Etat de l’Union Africaine lors de leur prochaine réunion en 2017 à Kigali au Rwanda. « Il s’agit également, a-t-il précisé, d’une première étape qu’il faut faire suivre par des ressources de la part des Africains eux-mêmes pour susciter l’investissement international ».

Le SWEDD, une option stratégique pour la Mauritanie
En marge de l’ouverture officielle de l’atelier de Nouakchott des pays du Sahel, le 25 mai dernier, le ministre de l’Economie et des Finances, El Moctar Dyay, avait déclaré que le projet SWEDD était un «maillon important dans le pool des projets lancées ces dernières années en Mauritanie». Il a rappelé les trois axes autour desquels il est articulé : la scolarisation des filles, la lutte contre leur déperdition scolaire et la création d’activités génératrices de revenus pour leurs familles. Le projet tombe à point car il coïncide avec le lancement de la Stratégie de croissance accélérée et de la prospérité partagée (SCAPP) pour la période 2016-2030 dont le processus est en cours depuis trois mois, a-t-il précisé. «Nous estimons pouvoir le finaliser d’ici fin juillet et l’opérationnaliser à travers un premier plan d’action pour la période 2016-2020 avec un programme d’investissement public » a-t-il souligné.

Profil démographique de la Mauritanie
Selon Mohamed Mélaïnine Ould Eyih, le Coordinateur du Projet SWEDD en Mauritanie, «notre fenêtre des opportunités démographiques s’est ouverte depuis 1988 » avant les autres pays membres du SWEDD, avec un taux de croissance du ration de soutien économique qui est passé de 40% en 1984, à 45% en 2014. Selon lui, «la Mauritanie offre aujourd’hui un réel potentiel pour une croissance économique accélérée». Le profil démographique de la Mauritanie a été établi par des experts nationaux avec l’aide du Centre de recherches en économie et finances appliquées de Thiès (CREFAT). Plusieurs projections ont été réalisées et il a été montré que dans le cadre d’un scénario global intégrant l’économie, l’éducation et la santé, le PIB par tête d’habitant passera de 1283 dollars en 2014 à 17.000 dollars en 2052. Ceci implique l’accroissement des investissements publics dans les secteurs de l’éducation et de la formation des jeunes, ainsi que dans l’intensification des politiques d’espacement des naissances, le tout sous-tendu par une campagne pour un changement de comportement favorable au maintien des filles à l’école, la mise en place de politiques d’autonomisation des femmes, la réorganisation du secteur informel, l’amélioration du niveau de vie en milieu rural, la réduction des inégalités entre régions, parmi d’autres mesures à prendre…

Ainsi, les décideurs doivent anticiper le poids démographique à venir et revoir la politique de population en fonction du dividende démographique. La création de pôles régionaux de développement et l’actualisation de la politique  d’aménagement territorial se présentent comme des choix pertinents.

The following two tabs change content below.
aidara
je suis né le 31 octobre 1960 à Dakar (Sénégal). Je suis titulaire d'un DEUG en économie et d'un diplôme en journalisme de l'Ecole de journalisme de Lille (France). Je suis journaliste depuis plus de vingt ans en Mauritanie, dont douze au Quotidien L'Authentique en Mauritanie.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *