Sidya Ould Ahmedi, président ONG AENC : «Il faut mettre chacun dans son droit pour prévenir certaines situations»

SIDIAHMEDI23

En marge d’un atelier de formation à l’intention des membres du Mécanisme national (MNP) de prévention contre la torture qui a eu lieu mardi 23 août 2016 à l’hôtel Monotel Dar-el Barka à Nouakchott, atelier auquel plusieurs activistes de la société civile avaient pris part, nous avons recueillis quelques avis.
Selon Sidya Ould Ahmedi, président de l’ONG «Anciens Esclaves Nouveaux citoyens », des avancées considérables ont été réalisées par la Mauritanie dans le respect des droits de l’homme, par rapport notamment à son environnement africain et arabe. Il estime cependant que le monde rural et semi-urbain a besoin de programmes de lutte contre la pauvreté, mais surtout d’une éducation soutenue en matière d’information sur les droits de l’homme. Ce qui reste, selon lui, revient à la société civile qui est encore handicapée par le manque de renforcement des capacités en vu de la formation citoyenne des populations pour un changement des mentalités. C’est dans ce cadre qu’il a salué la caravane qui a sillonné récemment l’Est du pays et séjourne actuellement au Tagant pour sensibiliser les citoyens sur leurs droits, en particulier les victimes des séquelles de l’esclavage.
Par rapport aux fâcheux évènements qui ont eu lieu dans la gazera Bouamatou, Sidya Ould Ahmedi, estime que ces incidents étaient prévisibles au regard de la non prise en considérations des revendications citoyennes  et l’absence de solutions aux questions cruciales posées par l’extrême précarité de certaines couches sociales. «Il faut mettre chacun dans son droit pour prévenir ce genre de situation » a-t-il déclaré.

S’agissant du  MNP, il considère qu’il s’agit d’un outil important pour la surveillance des droits de l’homme et qu’il dénote de la volonté du président de la république à mettre fin aux pratiques inhumaines et dégradantes, ainsi que les tortures dans les lieux de détentions, des pratiques qui étaient courantes selon lui, dans notre pays. «Je suis très rassuré par le travail attendu du Mécanisme et je suis sûr que son président ainsi que ses collaborateurs sont capables de mener leur mission à bon escient, eu égard à leur bonne moralité et à leur expérience dans le domaine des droits de l’homme».
Enfin, Sidya Ould Ahmedi considère que «nous devons tous œuvés pour une Mauritanie juste, égalitaire et réconciliée avec elle-même, pour mieux consolider l’unité nationale et la cohésion sociale loin des ambitions politiques des uns et des autres ».

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *