Journées musicales de Carthage : la Centrafricaine Emma Lamadji en compétition

Emma Lamadji

Festival et concours arabo-africain, les Journées musicales de Carthage (JMC) se dérouleront, dans leur quatrième édition, du 8 au 15 avril 2017. Cette année, l’Afrique subsaharienne sera représentée en compétition officielle, en attendant l’annonce du Off, par la Centrafricaine Emma Lamadji.

Cinquante dossiers de candidature pour la compétition, c’est ce qu’a reçu le comité directeur des Journées musicales de Carthage, festival arabo-africain de musique proposant un concours, avec à sa tête, pour la troisième année consécutive, Hamdi Makhlouf. La majorité des dossiers était tunisienne, soit 32 candidatures ; les 18 dossiers restant se sont répartis entre 8 marocains, 3 égyptiens, 1 libanais, 2 sénégalais, 1 burkinabè, 1 ivoirien, 1 centrafricain et 1 ghanéen.

Le jury de sélection, composé d’Amina Srarfi (musicienne et chef d’orchestre), Oussema Farhat (musicien et compositeur), Anis Klibi (musicien, compositeur et universitaire), Sami Ben Said, (pianiste et arrangeur), Adel Jouini (guitariste compositeur), et Karim Ben Amor (homme de médias spécialiste des musiques modernes), a eu la difficile tâche de choisir les 12 artistes qui auront à concourir pour l’obtention d’un des trois Tanit (or, argent et bronze) ou d’autres prix, comme la prix du public.

Pour la sélection, le jury s’est basé sur des critères tels que la créativité et l’originalité. Finalement son choix s’est porté sur 6 artistes tunisiens et 6 étrangers (arabes et africains). Il est à noter que le quota des artistes étrangers ne doit pas dépasser 50 % de l’ensemble des participants, et ce, selon l’article 4 du règlement de la compétition des JMC.

Sur les 6 dossiers des Africains subsahariens, les membres du jury ont opté pour la Centrafricaine Emma Lamadji avec son spectacle «Free river».

Artiste autodidacte, Emma Lamadji (qui se destinait au départ au basket professionnel !), a commencé à chanter dans une chorale afro-gospel, «Kumbaya» de Montpellier (France), avant d’intégrer d’autres formations de gospel. «Free river» est le fruit de sa rencontre avec le guitariste Matia Levréro et de son désir «d’ouvrir son horizon vers un univers musical nouveau, nourri à la fois de soul, de world, de jazz, de gospel, de pop».

Rappelons que le Tanit d’or de l’édition des JMC (2015) a été remporté par le groupe Djarabikan Balafon de Côte d’Ivoire, et celui de 2016 par Sahad and the Naatal Patchword du Sénégal. Toujours pour l’édition de 2016, le Gangbé Brass band  (du Benin) a obtenu deux distinctions : le prix spécial de la composition musicale et celui du public.

The following two tabs change content below.
aidara
je suis né le 31 octobre 1960 à Dakar (Sénégal). Je suis titulaire d'un DEUG en économie et d'un diplôme en journalisme de l'Ecole de journalisme de Lille (France). Je suis journaliste depuis plus de vingt ans en Mauritanie, dont douze au Quotidien L'Authentique en Mauritanie.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *