Le FC Tevragh-Zeina revient sur la finale boycottée : « Nous ne sommes mus que par le souci de faire respecter les textes »

Le Maire de Tevragh-Zeina et présidente d’honneur du club, Mme Fatimetou Abdel Maleck est revenue sur le scandale de la finale de la Coupe du Président de la République remportée sur tapis vert le dimanche 18 juin dernier par le FC Nouadhibou après le boycott du FC Tevragh-Zeina.

Table officielle ; au milieu la maire de Tevragh-Zeina et à sa droite le président du club (Crédit photo : Aïdara)

« Nous investissons des sommes importantes de nos contribuables pour participer au rayonnement de notre football et promouvoir les jeunes pour leur permettre de s’épanouir loin des chantiers tordus de la délinquance et du terrorisme et nous ne pouvons pas accepter que les textes qui régulent le jeu soient faussés« . C’est en ces termes que la Maire de Tevragh-Zeina s’est exprimé avant de souligner que si c’est la loi de la jungle qui doit désormais régir le football dans le pays autant orienter les ressources de la commune vers d’autres sports populaires.

Lui emboîtant le pas, Moussa Ould Khairy devait revenir en détail sur la réserve portée par l’équipe de la Garde Nationale contre le FC Nouadhibou, faisant ressortir le caractère frauduleux de la licence attribuée au joueur contre lequel la réserve à été portée. « En temps normal ce jeune ne devait pas obtenir une licence de football qu’il a obtenu de manière détourné à l’insu même de la Ligue Nationale l’organe chargé de la validation des licences football« .

Pour ceux qui reprochent au FC Tevragh-Zeina son boycott de la finale trouvant qu’il n’est pas concerné par la réserve de la Garde, il répondra qu’au contraire cette affaire doit concerner l’ensemble des clubs mauritaniens. « Nous assumons toutes les conséquences de notre démarche mais l’essentiel pour nous était de frapper les esprits et tirer la sonnette d’alarme sur la pente dangereuse que notre football était en train d’emprinter » a-t-il martelé.

Les arguments étaient percutants, convainquants et inattaquables, même pour les plus sceptiques parmi les journalistes. Il n’y avait plus de doute. La réserve portée par la Garde étaient sans appel et la gestion du dossier par la fédération irrégulière. « Jouer la finale dans ces conditions, c’était tout simplement cautionner une forfaiture » assénera Moussa Khairy. Pour Mme le Maire « l’adversaire du FC tevragh-Zeina à la finale c’était la Garde » soulignera-t-elle avant de conclure « sinon, s’il n’y a plus aucun respect des règles autant réorienter nos ressources vers « Lekrour » (jeu traditionnel réservé aux femmes).

Cheikh Aidara

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *