La FFRIM sur la sellette de la justice internationale : à l’affaire de la Concorde, succèdent le dossier de la Garde et la colère des acteurs du football national

Les instances du football mondial, la FIFA et la CAF notamment, se rendent compte de jour en jour que le titre de «bon élève de la classe », jusque-là attribué à la Fédération mauritanienne de football (FFRIM) n’est qu’un faux vernis.

Direction légitime de la Concorde (crédit : page facebook Concorde)

Les plaintes se succèdent jour après jour, devant les juridictions spécialisées de la FIFA et de la CAF en une cadence inquiétante de la part de clubs mauritaniens pour fustiger la mauvaise gestion du football mauritanien. La finale non jouée de la Coupe du Président de la République pour l’édition 2016-2017, une première dans les annales du football national, constitue en cela la goutte qui a fait déborder le vase. Immixtion dans le fonctionnement des clubs et confiscation d’associations, jalonnent ainsi le fonctionnement d’une fédération rompue dans la violation de ses propres textes et règlements.

Affaire de la Concorde

L’affaire la plus rocambolesque est celle de la Concorde. Voilà un club qui a été confisqué d’une manière illégale par le Président de la FFRIM avec la complicité de trois ex-membres du club pour masquer le détournement de 75.000 Euros issus du transfert de deux joueurs obtenu aux termes d’un contrat signé avec Levante UD, un club de 2ème division espagnole.

Ce scandale avait été largement commenté à son temps, en 2016, par la presse sportive nationale. Pour suivre la chronologie des faits, voir le lien : http://cridem.org/C_Info.php?article=695776.

A rappeler que le Président de la FFRIM serait directement impliqué dans cette affaire, dans la mesure où c’est lui qui avait exigé du club espagnol le transfert de l’argent dans les comptes de la fédération et non dans celui de la Concorde comme il était stipulé dans le contrat. Pour contraindre les Espagnols à se plier, il avait brandi une menace, celle de ne pas délivrer les CIT (Certificats internationaux de transferts) des deux joueurs, Aly Abeid et Hacen El Id, tout en déclarant que les dirigeants légitimes de la Concorde, en l’occurrence le président Dr.Bâ, n’étaient plus responsables du club. Cette dernière affirmation est paradoxalement rétroactive, car elle a été annoncée le 9 novembre2016, bien avant que le Dr.Bâ ne soit convoquée le 18 novembre 2016 puis sanctionnée le 29 novembre.

Dans la foulée, la fédération va imposer un comité de normalisation en choisissant arbitrairement 6 membres dirigeants du club. Quatre parmi ses membres démissionneront en mettant en exergue l’illégalité de ce comité. Ce qui n’empêchera pas la fédération de maintenir le comité opérationnel avec les deux membres restant, en violation de la règle la plus élémentaire en matière démocratique, la loi de la majorité. Ce sont d’ailleurs ces deux membres auxquels s’ajoutera un troisième qui aideront la fédération à faire main basse sur les  75.000 Euros de Levante UD sur la base de documents falsifiés. C’est suite d’ailleurs à cette affaire de la Concorde, que le club espagnol Levante UD, qui s’apprêtait à recruter Teguedi, Tangi et Dellahi, s’est désisté. Depuis lors,  il n’a plus essayé d’enrôler des joueurs mauritaniens.

Traînée par la Concorde devant la Chambre civile du Tribunal de Nouakchott pour cette affaire de 75.000 Euros du transfert de ces joueurs, la FFRIM a été sommée le 28 février 2017 de restituer cet argent plus les frais de justice y afférents. Mais la Concorde a fait Appel et a réclamé des dommages et intérêts.  Le verdict est attendu ces jours-ci. Mais Dr.Bâ ne compte pas s’arrêter là. Il promet de porter l’affaire au Pénal pour attaquer les trois membres qui avaient émis de fausses factures à l’origine du transfert des 75.000 Euros.

La Concorde n’est cependant pas le seul club que le président de la FFRIM a arraché à ses dirigeants. Il y a également l’affaire du club AJR de Moustapha Camara, qui s’est vu spolié de son équipe qu’il avait bâti avec beaucoup d’efforts.

Affaire de la Garde

L’affaire de la Garde n’a plus besoin d’être détaillée, tellement elle avait occupé et occupe toujours le devant de l’actualité sportive nationale. Voire le lien :

http://aidara.mondoblog.org/2017/06/10/affaire-garde-nationale-fc-nouadhibou-succession-dactes-delictuels/

Le dossier est aujourd’hui pendant devant le Tribunal Arbitral Sportif (TAS) qui va l’examiner en présence des avocats des deux parties, celui de la FFRIM et celui de la Garde nationale.

Contrairement aux rumeurs qui avaient évoqué la clôture du dossier pour vice de procédures, l’affaire sera bel et bien traitée par les autorités sportives internationales. Avec un dossier en béton aussi solide, l’avocat de la Garde ne manquera pas de démontrer toute l’arrogance d’une fédération qui fait fi non seulement des lois nationales en matière d’état-civil, mais aussi des textes qui régissent son fonctionnement.

Pour le secret de l’instruction, rien ne peut encore être dévoilé dans cette affaire mais l’avenir nous fixera sur le déroulé de cette plainte dont le verdict pourrait bouleverser la donne sportive au niveau national. Sans compter que la Garde se réserve le droit d’activer elle aussi l’aspect pénal de l’affaire, car il y a eu falsification de documents administratifs et de licence de football.

La grogne au sein des acteurs

Plusieurs clubs de football de 1ère et de 2ème division sont tellement écœurés par la gestion partisane de la FFRIM, que beaucoup pensent jeter l’éponge. En effet, beaucoup de dirigeants se demandent «pourquoi s’investir dans le football, si les jeux sont pipés et si les textes ne sont pas respectés».

Ainsi, le Championnat national pour la saison 2017-2018 pourrait réserver bien des surprises.
En effet, l’équipe de Tevragh-Zeina qui avait boycotté la finale de la Coupe nationale cette année pour s’insurger contre la gestion illégale de la réserve portée par la Garde contre le FC Nouadhibou, mais aussi les équipes de Toujounine, de l’Armée nationale, reléguée en seconde division et qui se sentent frustrées par le parti pris du président de la FFRIM pour son équipe, le FC Nouadhibou, tout aussi reléguable en seconde division, sont remontées contre l’instance dirigeante du football national. Il en va de même pour d’autres clubs comme la Police, ou encore certaines ligues nationales. Que dire alors des 14 clubs de seconde division injustement écartés de toute décision au sein de la Fédération, après le coup d’état contre le Statut de la FFRIM perpétré par le nouveau président pour verrouiller les textes et se maintenir ad aeternam à la tête de la fédération.

Les succès de l’équipe national ne sont pas imputables au Président de la FFRIM

Comme si on lui avait délivré un chèque en blanc eu égard aux performances du football mauritanien, le président de la FFRIM se croit tout permis. Ainsi, à chaque fois que des critiques légitimes lui sont faites sur la base de sa gestion personnelle du football national, ses supporters mais aussi certains naïfs de bonne foi, lui cherchent des circonstances atténuantes en brandissant les bons résultats des équipes nationales. C’est le lieu d’observer que d’abord, sans club, il n’y a pas d’équipes nationales, mais aussi que sans la volonté politique, de telles performances n’auraient pas été réalisées. S’il y a des mérites à distribuer par rapport aux avancées constatées dans le football mauritanien, il faudrait rendre hommage aux dirigeants des clubs de football. Sans les efforts consentis par ces dirigeants, en termes financiers, matériels et techniques avec beaucoup d’investissements propres, les équipes nationales n’auraient pas eu de bons joueurs pour afficher de bons résultats.

D’autre part, si les succès d’un président de fédération, parce que ses équipes nationales et ses clubs gagnent au niveau international, devaient le mettre au-dessus des lois et de la justice, le président de la Fédération espagnole de football, Angel Maria Villar ne serait pas aujourd’hui en prison pour malversations. Avec lui, les équipes et les clubs espagnols ont tout raflé, coupes du monde, coupes UEFA, Ligua, etc.  Mais qu’ont gagné les équipes et clubs mauritaniens, malgré les milliards dépensés, depuis que Ould Yahya dirige la FFRIM ?

Cheikh Aïdara

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *