CHAN 2018 : Les Mourabitounes seront à Nairobi

L’équipe nationale de Mauritanie des Locaux vient de réaliser ce soir, samedi 19 août 2017, un véritable exploit en battant le Mali sur le score de 1 but à 0 à Bamako. En remportant cette précieuse victoire comptant pour le 2ème et dernier tour qualificatif du CHAN 2018, les Mourabitounes s’offrent un ticket pour le Kenya.

Corentin Martins, l’homme qui a amené la Mauritanie à son 2ème CHAN (Crédit photo Lassana)

Pour une surprise, la victoire des Mourabitounes face aux Aiglons du Mali, par le score étriqué de 1 but à 0, en est bien une. L’équipe vice-championne du CHAN 2016 tombe ainsi, devant une équipe de Mauritanie dont les joueurs se sont donnés à fond pour assurer une deuxième qualification historique pour les phases finales du championnat africain des locaux.

Pourtant, tout le monde ou presque s’attendait à une qualification du Mali, notamment du côté de la presse à Bamako qui donnait pour acquis la victoire des protégés de Djibril Dramé, le sélectionneur malien, surtout après le nul 2-2 concédé lors de la manche aller à Nouakchott. Malgré cette quasi certitude des Maliens, le doute subsistait encore face à une équipe mauritanienne que leur sélectionneur avait décrit de grande nation «qui commence à revenir sur l’échiquier continental », donc à prendre très au sérieux.

Ainsi, en recevant les Mourabitounes locaux ce samedi 19 août 2017 à Bamako, les Maliens savaient que la tâche pour une deuxième qualification successive au CHAN 2018 au Kenya, après celui de 2016 où ils étaient allés jusqu’en finale,  ne serait pas chose aisée.

Les Mourabitounes le prouveront dès la 13ème minute, quand Palaye manqua d’ouvrir le compteur des buts en ratant le pénalty obtenu à cet instant critique du jeu. Le superbe arrêt du gardien de but malien, Djigui Diarra, allait ainsi enlever un énorme poids dans le cœur des supporters des Aiglons qui avaient pris d’assaut le mythique Stade Modibo Keïta, tôt dans l’après-midi.

Mais pour les Mourabitounes, ce n’était que partie remise, car à la 22ème minute et sur une belle introduction de Palaye, Karamoussa Traoré allait inscrire un but qui vaudra plus tard de l’or.

Pressé par leur public et l’anxiété d’une élimination qui se profilait à l’horizon, les Maliens devenaient nerveux aussi bien sur les gradins que dans l’aire de jeu. Jets de bouteilles et de projectiles blesseront un membre de l’encadrement mauritanien, avant d’obliger les joueurs à passer la mi-temps sur le terrain avec impossibilité de regagner les vestiaires.

Même à la reprise, les supporters maliens de plus en plus en colère redoubleront de violence, subjugués par la belle prestation des Mourabitounes et l’impossibilité pour leur redoutable attaque de trouver la moindre faille dans le mur défensif mis en place par l’entraîneur français Corentin Martins. Le match sera ainsi interrompu à plusieurs reprises, poussant l’arbitre central égyptien à menacer d’interrompre la rencontre et d’offrir la victoire aux Mourabitounes.

A la 40ème minute, Sékou Diarra, défenseur de l’équipe nationale malienne et du club «Onze créateur » du championnat local, se fait expulser après un coup de poing donné au buteur mauritanien, Karamoussa Traoré. Réduit à 10, les Maliens voyaient ainsi leur rêve d’une qualification s’évanouir.

Eliminés du CHAN 2016 par cette même équipe malienne, les Mauritaniens pouvaient ainsi savourer leur revanche et festoyer dans les vestiaires qui leur étaient devenus accessibles à la fin de la rencontre. Un lâcher qui fait le buzz sur la toile.

En qualifiant l’équipe de Mauritanieà son deuxième CHAN, Corentin Martins et son staff redorent ainsi leur blason après le nul de Nouakchott (2-2)  qui leur avait attiré les critiques d’un public mauritanien devenu de plus en plus exigeant face au niveau de performances de ses équipes nationales.

Après le CHAN 2014 où la Mauritanie avait accédé pour la première fois sous l’impulsion de Patrice Neveu, voilà que Corentin Martins offre à son tour aux Mourabitounes la possibilité de se hisser parmi les 14 meilleures nations africaines, pour une deuxième qualification historique.

Kenya 2018 ouvre ses bras à une équipe de Mauritanie que les autres regarderont de moins en moins avec hauteur. En sortant l’équipe vice-championne du CHAN 2016, les Mourabitounes savent désormais qu’ils ont un prestige à défendre et pour les battre, il faut savoir d’abord manger plusieurs aiglons.

Cheikh Aïdara

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *