CHAN 2018 : Corentin sort sa liste des 23, Ahmed Yahya recadre la presse

Un programme bien concocté avec des heures bien précises pour l’arrivée des journalistes, leur installation, le petit déjeuner, l’arrivée du coach…. Ce  genre de raffinement, il y en a rarement eu à la FFRIM, même si sur le plan du timing, Brahim Sow Deyna, DirCom de la fédération a dû réaménager ses horaires. C’est en tout cas l’innovation de cette conférence de presse animée ce lundi 8 janvier 2018 dans les locaux de la Fédération mauritanienne de football (FFRIM) par l’entraîneur national, Corentin Martins, très attendu sur sa liste des 23 joueurs retenus pour la CHAN 2018 au Maroc et l’aparté inattendu du président Ahmed Ould Yahya avec la presse sportive.

Corentin Martins livre sa liste (Photo Aïdara)

Mais l’impatience des journalistes sera de courte durée, car d’emblée, le coach des Mourabitounes locaux ne s’est nullement abîmé dans des introductions inutiles et a directement attaqué sa feuille de route, en livrant le nom des 23 qui devront faire campagne pour cette quatrième édition prévue au Maroc du Championnat africain des équipes nationales locales (CHAN) 2018 et la deuxième participation mauritanienne après celle de 2014 en Afrique du Sud.

Un mélange de jeunes pouces et d’anciens

Sans surprise, les cages seront gardées par le portier du FC Nouadhibou et inamovible gardien de l’équipe nationale, Souleymane Diallo, secondé par Mohamed Salehdine de FC Tevragh-Zeina et Namori Diaw de l’AS Kedia.

En défense, l’équipe comptera sur trois défenseurs de FC Nouadhibou, en l’occurrence Oumar Mangane, Lemrabott El Hacen et Mohamed Wade, sur deux défenseurs de FC Tevragh-Zeina, Sidi Mohamed Bilal et Moustapha Diaw, sur un défenseur de l’AS Garde, El Hacen Houeibib et un défenseur de la Concorde, Youba Zeidane.

Le milieu de terrain est formé de deux joueurs du FC Nouadhibou, Alassane Diop et Abdoulaye Gaye Palaye, deux joueurs de FC Tevragh-Zeina, Moussa Baghayoko et Samba Moussa, deux joueurs de Tijikja, Mohamed Dellahi Yali et Hacen Teguedi, et un joueur de l’ASAC Concorde, Abdou MBareck El Id.

En attaque, Corentin a choisi Moulaye Ahmed Khalil dit Bessam et Ely Cheikh Voulany du FC Nouadhibou, Karamokho Traoré de FC Tevragh-Zeine, Babacar Bagili du Ksar et Hemeya Ould Tanji de Tijikja.

Cette liste a fait le deuil de trois joueurs qui avaient participé au stage de préparation de l’équipe, dont Cheikh Wely Yacine de FC Nouadhibou, dont le cas a été posé au cours de la conférence de presse. Selon Corentin, il fallait choisir entre lui et Samba Moussa qui évolue dans le même poste et que le choix a été porté sur ce dernier, parce qu’il fait partie de l’équipe qui a arraché la qualification et il le connaît mieux.

Beaucoup de changements par rapport à 2014

De l’équipe des Mourabitounes qui avait fait la campagne du CHAN 2014 en Afrique du Sud sous les auspices de l’ancien coach Patrice Neveu, très peu sont restés, à peine sept joueurs, Souleymane Diallo (gardien), Mamadou Wade (défense) Abdoulaye Silèye Gaye Palaye et Moussa Baghayoko (milieu), Ely Cheikh Voulany, Moulaye Khalil Ahmed Bessam et Abdallahi Samba Moussa (rétrogradé au milieu) en attaque.  Exit dans les cages de Babacar Harouna Touré et Cheikh Fall Lekhneiver.

Toute la défense, sauf Mamadou Wade, a été nettoyée, Ibrahima Sy, Cheikhna Varajou, Yacoub Fall, Boubacar NGollo, Abdel Aziz Lô, Pape Moussa Sakho et Abdoulaye Niass.

Au milieu, seuls Palaye et Baghayoko sont restés. Les autres, Bah Mohamed Yacoub Deina, Amar Djiby Samb et Denne Mohamed Taghyoullah, mais aussi El Hacen El Id (Levante-Espagne) seront absents au Maroc.

En attaque, Abdel Aziz Sao, El Kory Mohamed Vall, Mamadou Niass et Ismaël Diakité laissent leur place à de nouveaux joueurs, comme Karamokho Traoré, Bagili et Tanji.

Pourquoi pas un exploit devant le Maroc

Quant aux questions qui lui ont été posées, Corentin Martins a dû s’expliquer sur les raisons du choix porté sur les 23 sélectionnés et pas sur d’autres, sur l’objectif qu’il vise et jusqu’où compte-t-il porter la barre de ses ambitions, s’il dispose d’assez d’informations sur ses adversaires, le Maroc, le Soudan et la Guinée, etc.

En gros, le coach a expliqué que ses choix ont été motivés par des critères sélectifs, en partant des joueurs qui ont participé à la qualification des Mourabitounes au CHAN 2018, sur la qualité des sélectionnés et leur capacité à donner le rendement qu’il recherche.

Par rapport au match d’ouverture qui opposera le 13 janvier prochain, la Mauritanie et le Maroc, Corentin Martins compte sur un exploit pour battre une grande nation de football qu’est le Maroc, dont l’équipe A est qualifié à la Coupe du Monde et dont l’un des clubs, le Wydad AC (WAK) qui fournit l’essentiel des joueurs de l’équipe locale, a remporté la Champions League africaine en 2017.

Un peu de professionnalisme, Messieurs les journalistes !

Hors micro et hors caméra ! En exclusivité à la presse ! La discussion à bâtons rompus entre le président de la FFRIM, Mohamed Yahya et les journalistes ne pouvait pas être entouré de plus de discrétion. Cette entrevue serait l’idée géniale de la Direction de communication, idée qu’il aurait trouvé pertinente pour recadrer un peu une presse très portée sur du papotage sur tout et sur rien. Ahmed Yahya a déclaré que la presse mauritanienne par sa recherche de l’information sportive à tout bout de champs et de ragots à rapporter (le terme est de moi : Ndlr)  à tout prix, à beaucoup nuit  par moment au pays, en fournissant plus de service non rétribué et Ô combien précieux aux adversaires qui finalement paient à moindre frais tout ce qu’ils veulent savoir sur nos équipes nationales. C’est en Tunisie qu’Ahmed Yahya aurait été titillé sur cette question, par des techniciens tunisiens qui lui auraient dit, selon ses propos : «vous manquez de professionnalisme à tous les niveaux, mais surtout au niveau de votre presse sportive. C’est grâce à elle que nous avons eu toutes les informations que nous recherchions sur votre équipe ». Et c’était à la veille d’une rencontre qui devait opposer la Tunisie à la Mauritanie.

Le staff technique et une partie de la salle lors de la conférence de Corentin Martins (Photo Aidara)

La rencontre était amicale, les propos avenants, mais son message, le président de la fédération l’a fait passer. «La critique est parfois constructive, et je reconnais dans ce cadre que notre presse sportive a bien contribué au progrès enregistré par notre football, mais parfois, les critiques sont hors-propos, exagérés, hors-contexte et parfois à des moments cruciaux. Critiquer pour critiquer n’est pas constructif…Le président de la Fédération ne doit pas être la cible essentielle et continue des journalistes sportifs…Parlez des clubs, des joueurs, des entraîneurs…Il y a des pays où l’on ne connaît même pas le nom du président de la fédération, car la presse dans ces pays s’occupe plus des acteurs sur le terrain que des administratifs…Ici en Mauritanie, on pense que si on critique le président de la fédération, on va se faire un nom ou du pognon…Epargnez le moral des joueurs…surtout à la veille d’une compétition aussi cruciale…Accompagnez-nous positivement à relever le challenge qui nous attend, etc. » La discrétion ! Tel est le maître mot qu’Ahmed Yahya veut de la presse, que les adversaires ne puissent se nourrir des fuites qui filtrent dans les colonnes de nos médias.

Tels sont en gros et en substance, ce qu’Ahmed Yahya a voulu dire aux acteurs de la presse en les invitant à plus de patriotisme à l’heure où l’équipe nationale entame un tournoi africain de haut niveau et à plus que jamais besoin d’avoir le bon moral.

Cheikh Aïdara

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *