Sommet de la FIFA Nouakchott : la presse sportive OUT !

Les journalistes sportifs nationaux, mais aussi ceux venus du continent, comme le Sénégal, le Cameroun, la Guinée, la République Démocratique Congo, entre autres, n’ont pas été conviés au Sommet Exécutif de la FIFA dont les travaux battaient leur plein au Centre des Conférences (Palais de Congrès) de Nouakchott, ce dimanche 18 février 2018.

Arrivée des deux présidents, FIFA et CAF à Nouakchott,accueillis par le Ministre des Sports et le président de la FFRIM (Crédit FFRIM)

Tous se morfondaient à l’Hôtel Mauricentre de Nouakchott, s’ils ne profitaient de leur oisiveté pour faire des courses au marché de la Capitale. Une conférence de presse animée par la Secrétaire Générale de la FIFA, la Sénégalaise Fatma Samba Diouf Samoura était programmée aux environs de 14 heures au siège de la Fédération mauritanienne de football (FFRIM).

La veille, le Stade Cheikha Ould Boidiya avait abrité un match entre la FIFA et la FFRIM. Ils étaient tous en maillot et l’avaient bien mouillé, le président de la FIFA, Infantino, le président de la CAF, Ahmad Ahmad, plus les vingt présidents de fédération conviés au Sommet de Nouakchott, sans compter le staff de la FFRIM, avec son président, Ahmed Ould Yahya en tête. Ce match dont le résultat n’a pas été communiqué, s’étant joué à guichet fermé et portes closes, avait cependant enfreint toutes les règles élémentaires du football, un joueur pouvant sortir puis rentrer de nouveau après avoir recouvert son souffle. C’est vrai que l’enjeu n’était pas de disputer un vrai match de foot, mais de se faire plaisir.

En attendant d’avoir les résultats de la rencontre de Nouakchott, la 3ème à avoir lieu en Afrique, rappelons que les débats porteront essentiellement sur les compétitions des jeunes, des filles et des femmes, du programme de développement de la FIFA et d’autres sujets d’actualité, tels que le calendrier international et les transferts de joueurs à travers le monde.

Quelques journalistes ont pu cependant approcher le président de la FIFA, Gianni Infantino lors de sa présence à la FFRIM pour lui poser quelques questions. Parmi celles qui ont retenu l’attention, l’intérêt que le patron de l’institution faîtière du football mondial dit accorder aux préoccupations des fédérations nationales. ‘’Nous voulons, à travers ces sommets, entendre la voix des autres, puisque nous sommes souvent amenés à faire des réformes des compétitions. Dans l’administration, il est important d’avoir le point de vue de ceux qu’on gouverne’’ a-t-il déclaré. Il avait également interpelé les responsables de la Concacaf (Amérique Latine et Centrale) ainsi que ceux de l’UEFA pour leur dire que la rencontre de Nouakchott doit permettre à la FIFA d’être à l’écoute des préoccupations des fédérations membres.

A noter qu’après la Mauritanie, deux autres sommets de la FIFA sont prévus au Nigéria et en Tanzanie.

Cheikh Aïdara

3 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *