Sommet Exécutif de la FIFA à Nouakchott : aucune décision prise mais d’importants chantiers pour le football mondial

Même exténué par un emploi du temps super chargé lors de son séjour à Nouakchott dans le cadre du Sommet Exécutif de l’instance faîtière du football mondial, qui a eu lieu le 18 février 2018, Gianni Infantino, président de la FIFA, accompagné par Ahmed Yahya, président de la Fédération mauritanienne de football (FFRIM), a répondu aux questions des journalistes nationaux et étrangers présents à la conférence de presse qu’il a animée à la fin des travaux.

Gianni Infantino et Ahmed Yahya lors de la conférence de presse clôturant le Sommet Exécutif de la FIFA à Nouakchott (Crédit Aidara)

La première question était relative à l’organisation de la Coupe du Monde Qatar 2022. Le président de la FIFA s’est dit satisfait de l’avancement des travaux, soulignant que le gouvernement qatari et les organisateurs sont à pied d’œuvre depuis 2010 pour préparer l’échéance. Selon lui, les travaux avancent bien et vite. «Je suis satisfait» a-t-il précisé.

Une autre question portait sur les projets futurs que la FIFA envisagerait de planter en Mauritanie. Gianni Infantino a tenu d’emblée à remercier le président de la FFRIM et son staff ainsi que le gouvernement mauritanien pour la réussite de l’organisation du Sommet Exécutif de la FIFA à Nouakchott qui a réuni vingt présidents de fédérations et leurs secrétaires généraux issus de trois continent (Europe, Amérique du Sud et Afrique). Il a jugé d’exceptionnel le travail abattu par la FFRIM. Pour lui, c’est un exemple à suivre non seulement sur le plan local ou africain, mais aussi sur le plan mondial. «C’est pourquoi j’ai tenu à venir ici  et amener les autres fédérations à voir ce qui se fait au niveau de la FFRIM», a-t-il ajouté.

Pour les projets que la FIFa mène et compte mener encore en Mauritanie, il a cité les travaux en cours pour l’agrandissement de la capacité d’accueil du Stade Cheikha Ould Boidiya et le Centre technique ainsi que l’organisation des compétitions. Il a aussi évoqué son entretien avec le Premier Ministre, Yahya Ould Hademine qui l’a informé de la construction par l’Etat mauritanien de 9 stades régionaux. «Ce fait remarquable pour le développement du football se poursuit depuis quelques temps » a-t-il ajouté.

Sur une question relative à une déclaration choc qu’il aurait prononcé et selon laquelle, la FIFA compte mener une opération «Zéro tolérance en matière de corruption et de détournement des fonds du football », Gianni Infantino signe et persiste. «C’est une déclaration que j’ai toujours faite et les tribunaux dans les différents pays ont commencé à sanctionner » a-t-il souligné, précisant que tout le monde au sein de la FIFA et des fédérations membres sont aujourd’hui conscients qu’on ne peut plus continuer à agir comme avant. Il a promis la tolérance zéro en matière de gestion financière du football mondial.

Sur l’organisation de ce sommet FIFA, Ahmed Yahya a reconnu que c’est la 1ère fois que la Mauritanie accueille une  rencontre de haut niveau de la FIFA. «On a essayé avec nos modestes moyens d’être à la hauteur » a-t-il affirmé, tout en renouvelant ses remerciements aux dirigeants de la FIFA pour avoir choisi la Mauritanie pour cette rencontre. «Mais ce n’est pas fini, car en mars prochain, Nouakchott va également abriter un Séminaire FIFA sur le développement » avec la présence de plusieurs présidents de fédérations. On veut également gagner des challenges sur le terrain » a-t-il conclu.

Les journalistes nationaux et étrangers (14 pays) Crédit Aidara

Est-ce que des décisions ont été prises aux termes du Sommet de Nouakchott ? Aucune décision n’a été prise, selon le président de la FIFA. «L’objectif était d’écouter les présidents des fédérations sur leurs préoccupations et par rapport à leurs opinions quant aux décisions envisagées par la FIFA, car nous ne comptons plus prendre de décisions sans avoir écouté les membres » a-t-souligné. Pour lui, c’est là, la nouvelle politique de la FIFA dont les décisions passent d’abord par la base avant d’être tranchées au niveau du Bureau Exécutif.

Par contre, a-t-il ajouté en substance, de quoi a-t-on discuté à Nouakchott ? Selon lui, le conclave de Nouakchott a abordé plusieurs sujets, dont les compétitions des petites catégories en filles et en garçons. Outre des propositions pour l’augmentation du nombre d’équipes participantes chez les garçons qui devra  passer de 24 à 48 et chez les filles de 16 à 32, les fédérations auraient aussi proposé d’organiser les coupes du monde de ces deux catégories au lieu de deux ans, tous les ans. Il s’agira aussi de ne plus organiser qu’une seule compétition pour une seule catégorie d’âge au lieu de deux.

L’accent a également été mis selon lui sur le football féminin, avec la proposition d’organiser une Ligue mondiale du football féminin qui permettrait à toutes les fédérations de participer avec les équipes ayant le même niveau.

Le président de la FIFA a aussi parlé du Programme Forward de la FIFA dans le futur avec des aménagements à faire.

Le Sommet a aussi abordé le calendrier des matchs internationaux et l’éligibilité des joueurs, notamment le problème des binationaux pour voir comment un joueur qui s’est engagé pour une équipe nationale pourrait changer d’avis. «Des dispositifs comme ça sont difficile à changer » a déclaré le président de la FIFA. C’est également vers une révision du marché des transferts que le sommet a débattu, avec une réglementation stricte surtout pour les agents des joueurs, des indemnités à prévoir dans l’avenir pour ceux qui sont à la base de la formation des joueurs qui sont récupérés par les clubs européens notamment. «La fenêtre relative aux transferts des joueurs doit être revue pour protéger la régularité des compétitions et préserver les valeurs du football » a-t-il conclu.

Cheikh Aïdara

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *