Caravane médicale d’Atar : l’équipe du Dr.Sneiba du CHU Ibn Rochd de Casablanca au secours des malades mauritaniens

Ils sont des centaines de malades indigents venus de plusieurs régions de la Mauritanie (Nouakchott, Aïoun, Atar, Bababé, Kiffa…) qui se sont donné rendez-vous dans la Wilaya de l’Adrar. Ici, une équipe composée d’une vingtaine de médecins spécialistes marocains, sous la houlette du Dr.Sneiba, chirurgien au Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Rochd de Casablanca, les prend en charge depuis le 19 février 2018. Ils y subissent une série d’opérations chirurgicales, allant des plus simples aux plus compliqués, en cardiologie, urologie, ophtalmologie, ORL, gynécologie, pédiatrie, etc. D’où une forte affluence de malades pauvres laissés en rade par un système médical public aux coûts élevés.

Dr.Sneiba et son équipe à leur départ de Casablanca

Ces malades ont été convoyés par bus et pris en charge dans des sites à Atar, grâce à l’action conjuguée de l’ONG ASPOM et sa président Seyide Mint Yengé, ainsi que ses jeunes volontaires de l’initiative «La Mauritanie d’Abord » et ceux du Réseau de la Jeunesse à l’Heure d’El Mina dirigée par Moussa MBareck. Plusieurs hommes, femmes et enfants souffrant de diverses pathologies et qui n’ont que peu d’accès aux hôpitaux publics ont ainsi bénéficié de cette caravane et de l’action des ONG sur le terrain.

L’hôpital d’Atar offre ainsi à l’équipe médicale marocaine son plateau technique, pour les opérations de chirurgie, alors que les autres services (consultations, radiologie, médecine générale…) sont effectués au Centre médical de la ville.

Une forte affluence de malades à Atar

Ces opérations chirurgicales, ainsi que les autres services, soins médicaux, analyses et médicaments se poursuivront jusqu’au 24 février et sont  totalement gratuits. Un geste humanitaire qui a été saluée par les populations bénéficiaires. Ainsi, quelques témoignages audios ont été envoyés par Ismaëla, l’un des jeunes bénévoles de «La Mauritanie d’Abord». Dans l’un d’entre eux, la mère de la petite Roghaya Mint Mouhamane, 11 ans, venue de Zrayib à Atar pour se faire opérer, s’est dit satisfaites des soins subis par sa fille, elle qui n’espérait pas une telle providence. «Nous n’avons rien déboursé, même pour les médicaments » témoigne-t-elle. Même témoignage de la part de Sultana Mint Kaber, 39 ans, qui est venue de Nouakchott avec sa petite fille qui souffre d’oreillons. Moyah Mint Jidou, 9 ans, est une autre enfant  en provenance de Nouakchott qui souffre d’une complication au pied

La petite Moya souffre du pied

Pour le Dr.Soufiane Harbi, cardiologue, il s’est dit honoré d’avoir participé à cette expédition médicale et que tout se passait bien. Il a tout simplement relevé quelques moyens techniques non disponibles, telle présence d’un échographe. A part cela, il déclare que tout va bien et que la plupart des malades souffrent d’hypertension

A noter que c’est la 12ème année consécutive que le Dr.Sneiba, convoie des équipes médicales marocaines qu’il prend totalement en charge (billets, hébergements, nourritures) pour soulager la souffrance des malades mauritaniens.

Cheikh Aïdara

PHOTOS REPORTAGES

L’équipe de l’initiative La Mauritanie d’Abord en réunion avant le voyage d’Atar

L’équipe de jeunes bénévoles avec un chirurgien marocain

Un enfant malde transporté par sa mère

Les patients dans un site d’hébergement assuré par l’ONG ASPOM

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *