Les sages-femmes mauritaniennes approfondissent la réflexion sur leur profession

Après avoir célébré en grande pompe la Journée internationale de la Sage-femme  le 5 mai 2018, les membres de l’association des Sages-femmes de Mauritanie ont récidivé le 13 et le 14 mai dernier, pour approfondir la réflexion sur la situation de leur profession à travers la synthèse de trois études qui ont porté sur les besoins en formation initiale des acteurs et l’évaluation de la pratique sage-femme.

Ouverture de la journée (Photo ASFM)

Les membres de l’association des sages-femmes  de Mauritanie ont organisé dimanche13 et lundi 14 mai 2018 à l’hôtel TFeïla de Nouakchott deux journées de réflexion sur la  « pratique de la profession sage femme« , en partenariat avec le Ministère de la Santé et l’OMS, mais surtout de l’UNFPA qui les appuie dans toutes leurs activités.

Ces journées ont été marquées par le discours d’ouverture prononcé au nom du Directeur des ressources humaines du Ministère de la Santé, par la Directrice de l’Ecole Nationale de la Santé Publique, Dr.Zeynabou Mint Haidy, dans lequel elle a souligné que les recommandations qui seront formulées contribueront sans nul doute à réduire le nombre de décès maternel et infantile ainsi que celui des nouveau-nés, « une priorité pour les autorités nationales » a-t-elle précisé.

Auparavant, la présidente de l’association des sages-femmes de Mauritanie, Mme Vatimetou Mint Moulaye avait déclaré que toute politique ou stratégie visant la lutte contre la mortalité maternelle, infantile ou néo-natale doit impliquer la sage-femme pour accélérer la réduction des taux déjà élevés de ces indicateurs. « Les sages-femmes comptent dans ce cadre sur l’appui du Ministère de la Santé, mais aussi de leurs partenaires » a-t-elle ajouté.

Travaux de groupe (Photo ASFM)

A son tour, Pr.Ahmed Baba Ould Abdel Jelil avait insisté sur la nécessaire complémentarité des efforts, entre tous les professionnels de santé, notamment l’association des gynécologues qu’il représentait lors de ces journées de réflexion et celle des sages-femmes, pour vaincre ensemble le défi persistant de la mortalité maternelle et infanto-juvénile en Mauritanie.

Les sages-femmes ont suivi par la suite plusieurs communications dont une présentation  sur les directives de l’OMS relatives à la prise en charge de la grossesse et du suivi postnatal. Elles se sont scindées ensuite en trois groupes de travail autour de la formation initiale, la formation continue et les ressources humaines.

Des discussions pleines d’enseignements ont animé la plénière au cours de laquelle les groupes ont restitué les résultats de leurs travaux, donnant lieu à des recommandations qui ont été jugées de pertinentes par les participantes.

A noter que les sages-femmes avaient organisé trois jours de consultation prénatale et postnatale, de sensibilisation sur l’espacement des naissances, d’animations de séances éducatives et de distributions gratuites de médicaments. Ces journées portes-ouvertes qui ont eu lieu entre le 8 et le 10 mai 2018, se sont déroulées dans les centres de  santé de Kissal à El Mina, de Sebkha et d’Arafat, siège de l’association. Elles ont profité à des centaines de femmes et d’enfants.

Cheikh Aïdara

 

 

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *