Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose nationale inégalée

« C’est la première fois, depuis des décennies où je côtoies les manifestations culturelles en Mauritanie, que je vois toutes les communautés nationales, maures et négro-africains, dans une telle symbiose » a avoué un très grand connaisseur du milieu culturel mauritanien. Le dîner-gala organisé par Coumba Gawlo la nuit du vendredi 20 juillet 2018 à l’hôtel Azalaï de Nouakchott restera encore gravé pendant longtemps dans les mémoires, de l’avis de plusieurs invités.

Une partie du personnel de l’UNFPA et du Projet SWEDD (Photo Aidara)

Les tables réservées pour le dîner-gala de l’artiste sénégalaise et ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies, Coumba Gawlo, ont été toutes occupées et très colorées. Maures et Négro-africains, chose très rare depuis la fracture communautaire née des évènements de 89-91, ont communié ensemble au cours d’une soirée de haute facture. « C’est la première fois que je vois des Maures bon teint, assister et danser d’une manière très décontractée, dans une soirée organisée par une Kowriya (négro-africaine Ndlr) et cela m’a ému jusqu’aux larmes » avoue une grande personnalité du milieu culturel mauritanien. Il faut dire que Coumba Gawlo est parvenue à faire danser, au cours de sa chanson fétiche, « Kouye Feug » toutes les personnalités présentes. De hauts cadres de la communauté maure, y compris des représentants de haute institution onusienne, gouvernementale et de grosses boîtes privées partenaires de l’artiste, se sont trémoussé au son du mbalax. Il faut dire que cette chanson, par laquelle Coumba lance une véritable compétition aux prétendants à sa main, a été l’instant le plus humoristique de sa prestation, où sa voix de stentor, a remué plus d’une âme. L’ambassadeur de France, SEM.Joël Meyer et son épouse, le Représentant de l’UNFPA en Mauritanie, SEM.Saidou Kaboré, ont été transposés très loin, tellement le timbre fort de Coumba rappelle les profondeurs de l’Afrique et ses racines millénaires.

Le Représentant de l’UNFPA prononçant un discours lors du gala (Photo Aidara)

La soirée a été marquée par la belle prestation de la jeune Khoudia (15 ans), ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, déjà au timbre lourd et un back-ground riche, depuis sa victoire éclatante à Dakar lors du concours « Petit Gallé » dédié aux jeunes artistes. Elle a ému l’assistance et créé de l’ambiance.

Le jeune Seydou Nourou Guèye, la voix d’or et star montante de la musique halpulaar, a aussi transposé l’assistance aux berges du Fleuve Sénégal et aux senteurs du Fouta des Torodos et des Halaybé. Les trois chansons qu’il a enchaîné ont également nourri l’ambiance et fait danser plus d’une jeune fille au son du « Wango ».

De son côté, Mouna Mint Dendenni, dont les prestations ont dépassé les frontières du pays, notamment au Liban où elle s’était produite mais aussi à Dakar, a puisé dans le patrimoine culturel maure, pour chanter de sa voix d’Elf des chansons modernes mêlés d’un fond traditionnel. Elle a ébloui l’assistance qui a communié par des applaudissements et des déhanchements chacune de ses trémolos.

Il faut rappeler que ce dîner-gala de Coumba Gawlo fait suite à un Forum que l’artiste avait organisé la veille sur le thème de l’autonomisation de la femme et le dividende démographique au Sahel, où elle a mis particulièrement l’accent, face à plus de 600 invités, sur l’indépendance économique et financière de la femme, la scolarisation des filles, le mariage des enfants et l’espacement des naissances.

Ces activités, ouvertes par une conférence de presse animée le mercredi 18 juillet dernier et qui se sont achevé par un concert au Stade de Sebkha, entrent dans le cadre de la tournée qu’a effectué Coumba Gawlo dans le cadre de la 12ème édition de l’African Tour 2018 entre le 17 et le 21 juillet 2018 en Mauritanie, sous le haut patronage de SEM. Le président de la République, Mohamed Abdel Aziz, avec le soutien du Ministère de la Fonction Publique, le Ministère des Affaires Sociales et le Ministère de la Jeunesse et des Sports et l’appui d’agences des Nations Unies (UNFPA, OIM, OMS, ONUSIDA, UNICEF, HCDH), de la Banque Mondiale, de l’USAID, de quelques partenaires privés, Tasiast, MCM, Mauritel, Orabank, entre autres.

Cheikh Aïdara

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *