Les femmes et les filles au cœur d’une rencontre des pays SWEDD à Nouakchott du 12 au 15 février 2019

Dans le cadre du projet SWEDD qui œuvre à l’amélioration des conditions de vie des femmes et des jeunes filles et à la réduction des inégalités de genre dans le Sahel, se tiendront deux ateliers, du 12 au 15 février 2019, à Nouakchott, Mauritanie. Pendant quatre jours juristes et experts en droits des sept pays membres du SWEDD (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) se réuniront dans le cadre d’un Atelier d’échanges et de partages d’expériences entre des intervenants sur les cadres juridiques et législatifs relatifs à l’autonomisation des femmes et des filles. Cette rencontre a pour objet la création d’un environnement législatif et juridique pour une application effective des lois en faveur de la promotion de l’autonomisation des femmes et des filles. Les lois des pays du SWEDD en lien avec les thématiques principales du SWEDD, à savoir : le mariage des enfants, les mutilations génitales féminines et la promotion de la scolarisation des filles seront analysées, les lacunes identifiées, les propositions pour les améliorer seront faites et les bonnes leçons seront tirées pour inspirer le plaidoyer pour tous les pays.

Parallèlement se tiendra la Formation de formateurs pour les leaders religieux de confession musulmane du Sahel sur les thématiques de lutte contre le mariage d’enfants, la promotion de l’éducation des filles, l’autonomisation des femmes et l’espacement des naissances. Un atelier, très important dans la stratégie du projet SWEDD, qui valorise et facilite l’engagement des chefs religieux auprès de leurs communautés, de leur apporter des compétences appropriées leur permettant ensuite, d’aider leurs fidèles à faire des choix informés et éclairés sur des décisions relatives à leur santé et à leur bien-être.
Pour se faire, des méthodes et techniques de communication pour un changement social et de comportement seront le socle du processus de formation basé sur un curriculum adapté aux besoins des chefs religieux pour mieux les outiller dans la promotion des thématiques du projet SWEDD dans les zones vulnérables du projet. Les thématiques ciblées sont les politiques, règles et lois pour développer des cercles d’influence, aux normes sociales, à la sécurité et le bien-être des femmes et des enfants dans les zones de conflits et de vulnérabilité, en vue de développer un plaidoyer à l’endroit des communautés ayant des  taux élevés de mariages précoces et de naissances précoces pour un développement prospère, durable et inclusif des communautés, qui requiert la participation et l’engagement de ces chefs religieux.

L’atelier est organisé par l’Unité de Coordination du Projet SWEDD en Mauritanie, le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et la Banque mondiale, en collaboration avec le Centre Islamique International pour la Recherche et les Etudes en Population de l’Université Al-Azhar du Caire.

Pour rappel, le projet Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel (SWEDD) a été lancé en novembre 2015 dans six pays (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) avec le soutien financier de la Banque mondiale, l’appui technique du Fond des Nations Unies pour la population (UNFPA) et de l’organisation Ouest-Africaine pour la Santé (OOAS) pour accroître l’accès des femmes et des adolescentes à la santé sexuelle et reproductive, notamment la planification familiale volontaire et la santé maternelle. Le projet SWEDD améliore également la santé et la nutrition des enfants, renforce l’éducation des filles et s’emploie à mettre fin au mariage des enfants et à d’autres pratiques néfastes.
A savoir :

  • Le Bénin est officiellement devenu membre du SWEDD le 25 janvier 2019.
  • Le projet a été prolongé jusqu’en décembre 2023.
  • Les ministres africains en charge des questions de population et développement réunis en octobre 2018, à Accra, Ghana, dans le cadre de décisions pour impulser une dynamique d’accélération des mesures et réponses concrètes aux engagements internationaux et continentaux en faveur du Dividende Démographique, ont unanimement recommandé l’extension du projet SWEDD à tous les pays du Continent.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *