L’UE et l’UNICEF aux chevets des enfants de MBerra

«Sans assistance en éducation et protection, les enfants du camp seraient livrés à eux-mêmes et exposés à de grands risques créant ainsi des conditions propices à la délinquance, aux mariages précoces, et à toute forme de violence à l’égard des enfants . Ces propos de SEM. Hervé Périès, Représentant de l’UNICEF en Mauritanie, sont cités dans un communiqué de presse conjoint publié le 18 avril 2019 (Voir communiqué ci-dessous) par son organisation et l’Union européenne qui vient d’octroyer à travers le service de Protection Civile et Operations d’Aide Humanitaire Européennes une enveloppe de 52,6 millions d’ouguiyas (1, 3 million d’euros environ) aux populations réfugiées et à la communauté hôte de Bassiknou qui abrite le camp des réfugiés maliens depuis 2012.

Lors du déclenchement de la crise dans le Nord Mali, la Commission européenne avait pourtant mis en garde dès le 11 avril 2012 contre le risque d’une « catastrophe humanitaire majeure qui pourrait se répercuter sur les pays voisins», annonçant dans la foulée le déblocage immédiat de 9 millions d’euros supplémentaires.

Aujourd’hui, les deux organisations réitèrent leur volonté à placer en priorité l’éducation et la protection des enfants de MBerra, comme l’a souligné Pierre Yves Scotto, chef du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’Aide Humanitaire de l’UE qui affirme que «l’éducation en contexte d’urgence est l’une des priorités de l’aide humanitaire de l’UE », précisant que «la part du budget humanitaire européen consacrée à ce secteur extrêmement sous financé est passé de 1% en 2015 à 10% en 2019».

Depuis 2012, l’aide humanitaire d’urgence n’a cessé en effet d’augmenter, l’UE restant de loin le principal pourvoyeur de l’aide internationale et l’UNICEF la première agence des Nations Unies actives sur le terrain.

Ainsi, le soutien financier de l’aide humanitaire européenne, selon le communiqué, a permis la scolarisation de 5 100 élèves au primaire, dont 2 540 filles pour l’année scolaire 2018-2019. «Outre les distributions trimestrielles de kits scolaires individuels, ce projet a également permis la réinsertion de plus de 319 élèves à l’école (dont 148 filles) et la formation de 130 enseignants » est-il précisé, soulignant qu’un «nouveau lycée comptant dix salles de classes a été construit et une bibliothèque est en cours de construction» et que «dans le cadre de l’éducation non-formelle, plus de 2 000 jeunes ont été alphabétisés et 75 formés en métiers».

Cheikh Aïdara

COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONJOINT

L’UNICEF et l’Union Européenne assistent près de 22 500 enfants en situation d’urgence au camp de réfugiés de M’berra

Nouakchott, le 18 Avril 2019, L’UNICEF et l’Union Européenne se sont engagés à renforcer la résilience et réduire les risques de protection auxquels sont confrontés les enfants et adolescents au camp de réfugiés de M’Berra. L’engament de l’Union Européenne, à travers leur service de Protection Civile et Operations d’Aide Humanitaire Européennes, se matérialise en 2019 avec l’octroi d’une enveloppe de 52.6 millions d’ouguiyas (près de 1.3 million d’euros) accordée à l’UNICEF pour les populations réfugiées et la communauté hôte.

« Sans assistance en éducation et protection, les enfants du camp seraient livrés à eux-mêmes et exposés à de grands risques créant ainsi des conditions propices à la délinquance, aux mariages précoces, et à toute forme de violence à l’égard des enfants », explique M. Hervé Périès, Représentant de l’UNICEF en Mauritanie.

« Les enfants sont parmi les plus touchés par les crises. Leur éducation est systématiquement interrompue lors d’un déplacement de population. Au niveau mondiale, 50 pourcent des enfants réfugiés en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisés. Notre mandat est de les protéger », a affirmé Pierre Yves Scotto, chef du bureau régional pour Afrique de l’Ouest de l’Aide Humanitaire de l’UE. « L’éducation en contexte d’urgence est l’une des priorités de l’aide humanitaire de l’UE. La part du budget humanitaire européen consacrée à ce secteur extrêmement sous financé est passée de 1 pourcent en 2015, à 10 pourcent en 2019 », a-t-il poursuivi.

En effet, depuis janvier 2012, la Mauritanie continue à subir les conséquences du conflit armé dans le nord du Mali et reçoit sur son sol, les réfugiés maliens qui ont fui leur pays. Aujourd’hui encore, le camp de M’Berra en Mauritanie accueille plus de 57 000 réfugiés dont un sur deux sont des enfants. En dépit des avancées politiques et la signature des accords de paix en 2015, la volonté de retourner dans leur pays d’origine reste très faible parmi les réfugiés en raison de la situation d’instabilité et d’insécurité qui perdure au Mali. Par ailleurs, le camp de M’Berra, se trouve dans une région au sud-est de la Mauritanie particulièrement défavorisée et qui connaît un faible développement tant en termes économiques qu’en termes d’offre de services sociaux de base.

Dans ce contexte, la vie des enfants, et particulièrement celle des filles, est exposée à toute sorte de risques incluant la faible offre d’éducation, l’exploitation, l’abus, le mariage des enfants et le viol. La proximité du camp avec le nord du Mali où une situation d’insécurité persiste, favorise également l’apparition de nouvelles problématiques de protection, notamment l’utilisation des enfants par les groupes armés, mais également les risques liés à la présence d’engins et munitions non explosées dans les zones de retour.

« Compte-tenu d’un contexte de crise qui perdure, le renforcement de l’offre des services sociaux de base pour une prise en charge de qualité des enfants et des adolescents, aussi bien dans le domaine de la santé, de l’équilibre psychosocial que de l’éducation s’impose », a également souligné M. Périès.

Le soutien financier de l’aide humanitaire européenne a permis la scolarisation de 5 100 élèves au primaire, dont 2 540 filles pour l’année scolaire 2018-2019. Outre les distributions trimestrielles de kits scolaires individuels, ce projet a également permis la réinsertion de plus de 319 élèves à l’école (dont 148 filles) et la formation de 130 enseignants. Un nouveau lycée comptant dix salles de classes a été construit et une bibliothèque est en cours de construction. Dans le cadre de l’éducation non-formelle, plus de 2 000 jeunes ont été alphabétisés et 75 formés en métiers.

Par ailleurs, 1 813 enfants ont bénéficié d’un paquet intégré de services de protection comprenant l’accès à l’état-civil, l’appui psychosocial et l’appui en activités génératrices de revenus. Les capacités des enseignants, des membres du conseil pédagogique et des acteurs de la protection de l’enfant ont été renforcées en termes de consolidation de la paix et gestion des cas de protection. L’implication des enfants des communautés hôtes a contribué à réduire les tensions et consolider la paix entre les deux communautés du Département de Bassikounou, l’un des plus vulnérables du pays. 2

A propos de l’UNICEF

UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant. Avec ses partenaires, UNICEF travaille dans 190 pays et territoires pour traduire cet engagement en action concrète, en déployant des efforts particuliers pour les enfants les plus vulnérables et les plus marginalisés, pour le bien de tous les enfants partout dans le monde.

A propos de l’aide humanitaire de l’UE

L’Union européenne, avec ses États membres, est le premier bailleur au monde de fonds humanitaires. L’aide d’urgence constitue une expression de la solidarité européenne avec les populations dans le besoin à travers le monde. Elle a pour objectif de sauver des vies, d’éviter et de soulager la souffrance humaine, et de préserver l’intégrité et la dignité humaine des personnes affectées par les catastrophes naturelles ou dues à l’activité humaine. L’Union européenne, par le biais de son service de Protection Civile et Operations d’Aide Humanitaire Européennes (DG ECHO) aide des millions de victimes de conflits et de catastrophes chaque année.

Pour davantage d’informations, veuillez contacter :

Zahra Cheikh Malainine, Manager de la section communication & plaidoyer à l’UNICEF, zcmalainine@unicef.org

Mohamadou Ly, chargée de presse, Délégation de l’Union européenne en République Islamique de Mauritanie, +222 45 25 27 24 / mohamadou.ly@eeas.europa.eu

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *