De Nouadhibou, à la fin de sa campagne, Ould Maouloud promet de recoller les morceaux brisés de la Mauritanie

Pour la clôture de sa campagne électorale à Nouadhibou, ce jeudi 20 juin 2019, Mohamed Ould Maouloud qui représente l’opposition radicale traditionnelle, l’UFP et le RFD ainsi que l’UNAD, a déclaré que son programme politique va sauver la nation et le peuple mauritanien, soulignant que «le pays a été soumis à une destruction méthodique, son peuple soumis à un régime d’appauvrissement pendant la décennie écoulée».

Il a promis de sauver les agriculteurs, les éleveurs, les employés, notamment les travailleurs de la SNIM dont l’entreprise a été soumise au cours des dix dernières années à un sac continue qui l’a conduit aujourd’hui au bord de la faillite. «Mon programme politique comporte une stratégie spéciale de sauvetage de la SNIM pour assurer sa pérennité à travers une gestion rationnelle qui permettra au pays de continuer à profiter de ses potentialités » a-t-il déclaré. Une autre stratégie spécifique est prévue selon lui dans le programme politique qu’il propose aux Mauritaniens, visant à sauver également le secteur des pêches qui serait selon lui dans un état critique, à travers des crédits qui seront accordés aux pêcheurs et à travers la protection de leurs droits ainsi que ceux des sociétés nationales face à la concurrence déloyale des multinationales.

Mohamed Ould Maouloud a enfin promis de dégager un budget de 100 milliard d’ouguiyas pour lutter contre le chômage des jeunes et prendre en charge la question de la femme pour assurer sa présence renforcée dans les instances de décision.  Sur ce plan, il promet une discrimination positive  à leur égard dans le recrutement. Ould Maouloud promet aussi en cas de victoire à la présidentielle de juin 2019 de relever le SMIG, ainsi que le salaire des fonctionnaires, notamment les enseignants du primaire et du secondaire, celui des professeurs d’université, des médecins et des agents de l’Etat.

Mohamed Ould Maouloud qui a mis en garde contre la fraude électorale, appelant ses partisans à la vigilance, a effectué une tournée électorale réussie à travers le pays. Partout, ses meetings ont attiré les foules, notamment à Nouakchott, dans la Vallée, les régions de l’Est et du Nord, notamment à Atar, Zouerate et Nouadhibou.

Cet universitaire qui totalise près de quarante ans de combat politique, déjà au sein du mouvement «Kaddihine » des années 60 sous le parti unique, puis sous les couleurs du MND, mouvement maoïste des années 70, a l’opposition dans les veines. A la tête de l’Union des Forces du Progrès (UFP) depuis des années, il a combattu tous les pouvoirs qui se sont succédé en Mauritanie. Il est soutenu dans cette présidentielle par le doyen des opposants mauritaniens, Ahmed Daddah, président du parti Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), premier parti d’opposition, le seul à avoir mis en ballotage un candidat des militaires. C’était lors de la présidentielle de 2006. En 1992, il avait remporté, dit-on, une victoire confisquée contre le colonel Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya. Atteint par la limite d’âge constitutionnelle (75 ans), il est l’un des plus fervents du candidat Ould Maouloud.

Cheikh Aïdara

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *