Sidi Mohamed Boubacar appelle à mettre fin au «système boutiquier » et sa suite

Au cours du meeting de clôture de sa campagne électorale, jeudi 20 juin 2019 au Stade Cheikha Boidiya du Ksar, le candidat Sidi Mohamed Ould Boubacar, auteur d’une tournée électorale élogieuse, a déclaré qu’après la «décennie du boutiquier, on veut nous obliger à une décennie du gérant». Il soutient que la décennie que nous venons de vivre fut une décennie où tout a été vendu, tout a été commercialisable et commercialisé. 

Selon lui, l’armée mauritanienne n’est la propriété de personne, que c’est l’armée du peuple mauritanien, qui doit se tenir à équidistance entre tous les acteurs sans ingérences dans les affaires politiques. Et de reprendre en leitmotiv, «après la décennie du boutiquier, non à la décennie du gérant » en allusion au président Mohamed Abdel Aziz et son dauphin, compagnon d’armes, qu’il veut refiler au peuple, Mohamed Ould Ghazouani.

Dans son mot de clôture, après une tournée populaire qui l’a mené dans les quatre coins du pays, parvenant  à fédérer des masses populaires si impressionnantes que d’aucuns lui prédisent déjà l’une des deux premières places dans cette course à la présidentielle, il a promis de revoir les prix des denrées de première nécessité, les coûts de l’électricité, de l’eau et du carburant, soulignant que les prix ont atteint ces dernières années des sommets inégalés.

Il a aussi promis d’augmenter le salaire des fonctionnaires, des soldats et des officiers de l’armée, ainsi que celui des retraités militaires et civils. Il s’est dit solidaire des familles mauritaniennes confrontées au chômage, de ces centaines d’employés licenciés suite à des faillites provoquées de plusieurs sociétés d’Etat durant ces dernières années, notamment les travailleurs de la SNIM. Des travailleurs qui sont sortis selon lui, par masse, à Nouadhibou et à Zouerate, pour dénoncer la mauvaise gestion au sein de la plus grande société nationale. Il a promis d’augmenter d’une manière spécifique leur salaire, rappelant que depuis la transition 2005-2007, ils n’ont jamais connu la moindre augmentation.

Il faut dire que le meeting de Sidi Mohamed Ould  Boubacar au Stade Cheikha Boidiya était si impressionnant que quelques observateurs ont déclaré que Nouakchott a été divisé entre son meeting et celui de son adversaire, Ould Ghazouani.

Cheikh Aïdara

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *