Insécurité en Mauritanie : le village de Guemou attaqué par une bande criminelle

Article : Insécurité en Mauritanie : le village de Guemou attaqué par une bande criminelle
7 septembre 2019

Insécurité en Mauritanie : le village de Guemou attaqué par une bande criminelle

Les villageois de Guemou, au Guidimagha, ont été attaqués dans la nuit du vendredi 6 septembre 2019 par une bande criminelle motorisée. Ils ont ligoté les hommes et pillé les commerces avant de s’enfuir. L’un des habitants sévèrement battu est actuellement hospitalisé à l’hôpital de Sélibaby. Selon le maire de Ghabou, Ibrahim Soumaré contacté par téléphone «la bande a attaqué le village au crépuscule. Ils se sont attaqués à l’une des boutiques, blessant son propriétaire et s’emparant de 700.000 MRO. Ils ont attaqué une deuxième boutique emportant le coffre ». Ils avaient auparavant tiré, selon les témoignages des habitants, près de 100 coups de feu pour intimider les occupants. Par la suite, ils ont pris la route de Diogountourou vers l’Est. Ils seraient au nombre de 4 à 5 individus.

Photo d’un village – illustration: Aidara

Quelques jours auparavant, c’est l’arrondissement de Oueynat Zbell au Hodh Charghi qui a été attaqué. Une agence de transfert d’argent a été dévalisé et la bagatelle de 4 millions MRO emportés, ainsi que plusieurs commerces. La ville de Toulel au Gorgol a subi le même sort il y a deux mois.

Cette recrudescence dans les attaques armées à l’intérieur de la Mauritanie, connu pourtant pour sa quiétude, inquiète les habitants et dénote d’une démission sécuritaire de plus en plus grandissante.

L’inquiétude est d’autant plus grande que les états-majors de la gendarmerie et de la garde, ainsi que la police n’assurent plus la sécurité des édifices publics, tels que la Banque centrale, le Trésor Public, la radio et la télévision de Mauritanie. La question légitime se pose : quelle sécurité ces forces assurent-t-elles, si les établissements publics, les villes, villages et les populations ne sont plus en sécurité ?

Cheikh Aïdara

Partagez

Commentaires