Dr. Natalia Kanem à Nouadhibou pour la clôture de l’atelier sur le mentorat clinique des sages-femmes

Article : Dr. Natalia Kanem à Nouadhibou pour la clôture de l’atelier sur le mentorat clinique des sages-femmes
28 novembre 2019

Dr. Natalia Kanem à Nouadhibou pour la clôture de l’atelier sur le mentorat clinique des sages-femmes

Le Mentorat clinique des sages-femmes en Afrique de l’Ouest et du Centre, confié à l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de la Santé (EN3S) de Nouakchott, revêt une importance particulière pour le programme «Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel (SWEDD)», pour  l’Etat mauritanien, et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA). En témoigne, la présence de la Directrice Exécutive, Dr. Natalia Kanem, à la clôture le 22 novembre 2019 à Nouadhibou de l’atelier sur l’élaboration du plan d’action et de la note stratégique de ce projet qui devra former 300 maîtres mentors d’ici 2023.

Les travaux de l’atelier sur le plan d’action et la note stratégique sur le mentorat clinique des sages-femmes en Afrique de l’Ouest et du Centre ont été couronnés, le 22 novembre 2019, par la présence du Dr. Natalia Kanem, Directrice Exécutive de l’UNFPA et du Chargé de mission au ministère de la Santé, Pr. Cheikh Baye MKhaitrat, accompagnés par le Directeur régional du Bureau de l’UNFPA,  pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (WCARO), M. Mabingué Ngom et le Représentant Résident en Mauritanie, Saidou Kaboré.

La Mauritanie et l’UNFPA consolident leur partenariat

La cérémonie de clôture de l’atelier sur le mentorat à Nouadhibou a été marquée par le mot prononcé par la Directrice Exécutive de l’UNFPA. Elle s’est félicitée de cette rencontre qui va contribuer, selon elle, à l’atteinte des trois résultats transformateurs, à savoir «Zéro décès maternel évitable, Zéro besoin non satisfait en matière de planification familiale, et Zéro violence basée sur le genre». En cela, elle a remercié les autorités mauritaniennes, renouvelant la disponibilité de son organisation à les accompagner dans la réussite du projet pour la formation d’ici 2023 des mentors pour la région d’Afrique de l’Ouest et du Centre, en commençant par les pays du SWEDD, ce programme régional dont l’une des missions essentielles, selon elle, est le renforcement de capacités du personnel de santé pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle et néonatale.

«J’ai tenu à être présente à la clôture de cet important atelier pour témoigner de mon intérêt pour tout ce qui touche au renforcement de la qualité des soins, à travers la formation d’une ressource humaine qualifiée et compétente» a tenu à souligner Dr. Natalia Kanem. Pour cela, elle a déclaré que l’UNFPA accompagnera la Mauritanie dans l’effort de mobilisation des ressources pour la réussite du projet sur le mentorat, saluant au passage la prestation remarquable de la délégation mauritanienne, conduite par la Ministre des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille, Dr. Néné Oumou Deffa Kane, lors de la CIPD 25 à Nairobi.

Clôturant les travaux, le Chargé de mission du Ministère de la Santé, Pr. Cheikh Baye MKhaitrat, s’exprimant au nom du Ministre Dr. Mohamed Nedhirou Hamed, a souligné que la visite du Dr. Natalia Kanem témoigne de l’excellent partenariat qui lie la Mauritanie et l’UNFPA, «un partenariat ancien, multiforme et efficace» a-t-il précisé, avant d’exprimer la gratitude et les remerciements de l’Etat mauritanien, en particulier le ministère de la Santé pour la visite de la Directrice Exécutive de l’UNFPA.

300 maîtres mentors d’ici 2023

Avant la cérémonie de clôture de l’atelier de Nouadhibou sur le mentorat, les participants ont suivi un rapport synthétique du plan d’action et de la note stratégique sur lesquels une vingtaine d’experts du ministère de la Santé et des sociétés savantes avaient planché pendant cinq jours, sous la supervision de deux consultants. Dans son exposé succinct, Dr. Sostène Dougrou, expert en politique et programme de santé au Bureau régional UNFPA, a dégagé trois axes qui font l’économie du rapport général et de la note stratégique. Il s’agit du cadre institutionnel, du volet infrastructures et équipements, du volet pédagogie et social, et enfin, du volet suivi-évaluation du projet.

En gros, l’EN3S de Nouakchott fera l’objet de travaux de réhabilitation, notamment les salles de cours et le site d’hébergement des élèves mentors et de leurs professeurs, la mise en place de deux plateformes numériques, le recrutement de 60 membres du collège des experts et de 24 encadreurs de stage sur les deux sites retenus, l’hôpital Cheikh Zayed et le Centre de santé de Sebkha.

D’ici 2023, l’EN3S de Nouakchott devra former 300 maîtres mentors.

A noter que Dr. Natalia Kanem a été reçu par le Wali de Dakhlet-Nouadhibou, Mohamed Ould Ahmed Salem Ould Mohamed Rare. Auparavant, le maire de la commune de Nouadhibou, El Ghassem Ould Bellali lui avait rendu une visite de courtoisie.

TEMOIGNAGES

Baye El Hadj Amar, Unité de gestion du projet SWEDD

«L’élaboration du plan d’action 2020-2023 pour la mise en place du mentorat clinique des sages-femmes est une bonne initiative et le fait d’avoir prolongé le mandat des deux consultants de dix jours permettra de bien ficeler un budget conséquent et réfléchi, ainsi que la bonne formulation de la note d’orientation stratégique. Seulement, je reste perplexe pour savoir est-ce qu’il faut d’abord,  garantir les fonds financiers pour la mise en place du projet, ou s’il faut au contraire mettre d’abord en place les outils et documents de base pour mobiliser les fonds. Ce qui est sûr, c’est que la mobilisation des ressources financières est un préalable pour assurer un démarrage du projet dans les délais impartis».

Pr. Bal Sall Aïssata, Vice-présidente Fédération Africaine des Gynécologues Obstétriciens (FAGO)

«Les experts qui se sont penchés sur le plan d’action du mentorat clinique des sages-femmes ont cité les points forts et les points faibles du projet pour parvenir à une planification adaptée au contexte mauritanien et au contexte similaire des pays du SWEDD pour lesquels ce projet va être mis en place. Cette planification entre dans le domaine de la faisabilité sur le plan opérationnel, car la plupart de ses axes ont tenu compte de la réalité du terrain et des possibilités de financement».

Marième Bassoum, Sage-femme conseillère UNFPA Mauritanie

«Deux documents ont été produits lors de l’atelier sur le mentorat clinique des sages-femmes, un plan d’action et une note d’orientation stratégique. Les objectifs ont été ciblés, les activités et les responsables identifiées. Aucune difficulté pour élaborer les documents et mener à termes notre mission, car des techniciens ont été réunis sous la supervision de deux consultants. Un document sur le renforcement de capacités du personnel de l’EN3S de Nouakchott a servi de base. Pour le financement, la plus grande partie viendra du SWEDD, en plus des ressources de l’UNFPA. L’Etat mauritanien est également très engagé, en témoigne la présence du ministre de la Santé lors de l’atelier régional sur le mentorat en octobre dernier à Nouakchott».

Mohamed Armiyou, EN3S de Nouakchott

«Je pense que le plan d’action sur le mentorat qui vient d’être élaboré est très ambitieux s’il bénéficie d’une bonne mise en œuvre, et dans ce cas, il sera d’un très grand apport dans la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale qui constitue le principal défi pour notre système de santé et celui de la sous-région. Mais la mise en place de ce projet requiert d’importants efforts et d’importantes ressources, ce qui nécessite l’apport de toutes les parties prenantes, en particulier celui des partenaires. Si l’on parvient à réaliser les objectifs tracés dans le plan d’action, je ne doute nullement de la pleine réussite de ce projet dont les retombées sur la santé de la mère et du nouveau-né seront insoupçonnables».

Cheikh Aïdara

Partagez

Commentaires