GHAZOUANI – AZIZ : le règlement de compte

Article : GHAZOUANI – AZIZ : le règlement de compte
15 août 2020

GHAZOUANI – AZIZ : le règlement de compte

Sur les réseaux sociaux la guerre des clans fait rage. Sur les plateformes très animées « la Mauritanie au dessus de tous », « luttons pour la justice », «  la voix de l’opprimé  » et  d’autres, les tirs croisés se multiplient à une vitesse effroyable. D’un côté, les nostalgiques du régime de Ould Abdel Aziz qui a passé le témoin après 10 années d’une gestion très décriée, et de l’autre, les soutiens de la dynamique engagée par le nouveau président qui a permis  au parlement de  faire toute  la lumière sur  la gabegie, le détournement et la corruption en rapport avec des dossiers maintenant aux mains de la justice. 

Si pour certains,- très critiques-, la traque de Ould Abdel Aziz résulte d’un règlement de compte entre lui  et Ould Ghazouani, deux hommes dont les noms sont confondus dans un passif  de relations d’officiers impliqués  solidairement dans certains changements de régimes, pour d’autres,  il  y’a effectivement règlement de comptes,  mais ce règlement de compte oppose plutôt Ould Abdel Aziz au peuple mauritanien.

Dans ce débat qui fait rage  se sont invités  hélas des « inconditionnels » de l’homme qui a régné sur le pays onze ans sans partager les ressources avec des citoyens (dont le taux de mortalité a été élevé par la faim, la misère et la maladie), sans partager le pouvoir avec une opposition  radicale (qui s’est battue seule contre tous et  sur tous les fronts), et enfin  sans partager d’avis avec ses premiers ministres ou ses ministres sur  certains dossiers d’intérêt national ce qui est plus grave encore. Les tirs à bout portant, les mines « anti-personnelles » et les armes de tous calibres employés dans cette guerre « wattsapienne » rend  l’atmosphère politique irrespirable.

Avalanche

Ould Abdel Aziz était un chef d’état  dont le niveau de popularité  a dépassé l’imagination des mauritaniens, des africains et des arabes. Malheureusement et c’est vraiment  regrettable, il est entrain de  tomber  du sommet  comme une avalanche de neige qui  emporte  sur son passage des responsables qui n’ont commis comme crimes  que d’avoir occupé des fonctions de responsabilité. Malheureusement  pour eux, ils se rendent compte maintenant  mais  trop tard,  que les cadeaux qui leurs ont été faits étaient empoisonnés. Leurs promotions reposaient sur un volcan qui dormait mais  qui reprend de l’activité.

Si aujourd’hui le temps les a rattrapé, il  rattrape aussi  Ould Abdel Aziz,  celui qui,  à ce stade des événements se croit vraiment un homme invulnérable, protégé par un bouclier de boucs émissaires enfoncés dans des scandales  parce que simplement ils  ont obéi à  leur  hiérarchie  et  agis sur des ordres reçus du sommet d’une pyramide montée pour des opérations de pillages à « effets boomerang ».

Les mauritaniens opposés

La Mauritanie  par la suite des événements liés aux conclusions de la commission d’enquête parlementaire est très affaiblie. Affaiblie par la prostitution en  « maison close » de ses valeurs morales.  Affaiblie par l’amputation d’une partie des socles sur lesquels reposait son  économie et sa souveraineté. Enfin affaiblie par cette  tendance à diviser les citoyens à cause des tenants et des aboutissants d’une procédure judiciaire qui  n’est engagée contre personne en particulier mais plutôt pour mettre fin aux pratiques de  pillage des ressources du pays que ce soit par  ceux qui  ont dirigés le pays de 2008 à 20019, ou  que se soit  par ceux qui ont lancé  les  chasseurs  à leurs trousses.

Ce qui  est regrettable et  vraiment regrettable c’est de  constater que malgré tout ce que révèlent les investigations,  certains d’entre nous se refusent à admettre que des preuves matérielles justifient ces mises en examens. C’est aussi regrettable que des mauritaniens soient opposés à ce que le pays se décide une fois pour toutes de mettre fin à cette gabegie  pratiquée sous forme de détournement, de pillage des ressources et d’une culture d’influence.

C’est pourquoi, je m’explique très mal pourquoi cette bataille fait rage sur les réseaux sociaux. Je pensais comme de très nombreux mauritaniens que le pays  avait tout à gagner si les pouvoirs publics se maintiennent dans cette dynamique de règlement de compte  entre les auteurs de ce carnage économique et les mauritaniens abusés.

Agir avec fermeté

 Devant l’histoire et devant Dieu, Ould El Ghazouani avocat défenseur des droits  de tous les mauritaniens à des responsabilités qui relèvent de la raison pour laquelle il a été élu. Il est de son devoir  de défendre aussi bien les intérêts de la vieille peuhle  qui vend le lait le soir dans un coin de rue sombre à Satara que ceux de  la descendante des esclaves qui travaille sans contrainte encore chez ses anciens maîtres parce qu’elle n’a ni toit ni moyens  pour  vivre autonome. Dans un pays où,  certains malades qui souffrent du cancer sont  sans possibilité d’accès à une structure médicale de référence, où  la femme accouche encore de nos jours  dans des conditions d’hygiène déplorables, où les infrastructures manquent cruellement, ce pillage est intolérable. Pour que la Mauritanie retrouve le visage de nation qu’elle a perdue depuis 1978, le nouveau président doit se décider.

 Seule la fermeté neutralise la complaisance. Et c’est la complaisance la cause du mal « des maux ». Agir avec fermeté est une décision lourde de conséquences. C’est vrai. Mais la  responsabilité du chef de l’état, qui a signé un contrat d’entente mutuelle avec les citoyens de ce pays dont les ressources ont été détournées,  exige de lui de ne pas reculer devant son devoir. Surtout,  pas en ce moment où il est soutenu dans cette dynamique par le peuple dans sa grande majorité.

Même si les mauritaniens sont divisés,  « divisés » par ceux qui ont les moyens de payer certaines  consciences accrocs  de l’argent volé qui coule à flots  chez les uns et pas chez  d’autres, la responsabilité morale et constitutionnelle de Ould Ghazouani est de siffler la fin de la récréation pour remettre  de l’ordre dans le « désordre » instauré par un cercle fermé d’individus adhérents  à une secte qui ne s’adonnait qu’à la  chasse aux profits.

Peu importe que  cette guerre sur les réseaux sociaux qui oppose  les proaziz  aux  proghazouani, continue de  faire rage. Qui à tort ? Qui a raison ? Qui provoque qui ? Pourquoi ? A toutes ces questions les réponses seront trouvées lorsque les belligérants seront départagés  par une justice indépendante, équitable mais surtout transparente. C’est une mise en défi à laquelle fait face Ould Ghazouani dont des ennemis lancés à ses trousses s’ajoutent à ceux qui « les ont lancés » et qui ne lui feront pas de cadeaux. Il a reçu la déclaration de guerre, c’est le moment idéal  pour lui de prouver –si il l’est vraiment- que c’est un excellent officier et un bon chef de guerre ne serait-ce que pour épargner les civils des dégâts collatéraux d’un conflit qui prend une tournure inquiétante.

Mohamed Chighali

Partagez

Commentaires