Contre la mortalité maternelle et néonatale, une campagne nationale sur la planification familiale

Article : Contre la mortalité maternelle et néonatale, une campagne nationale sur la planification familiale
29 septembre 2020

Contre la mortalité maternelle et néonatale, une campagne nationale sur la planification familiale

Dr. Moussa Salatou Diagana, directeur général de la Santé de la mère et de l’enfant au Ministère de la Santé, accompagné du staff de son département, et SEM. Saidou Kaboré, Représentant résident du fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en Mauritanie, ont procédé lundi 28 septembre au lancement officiel de la Campagne nationale sur la planification familiale. La cérémonie a eu lieu au Centre de santé de Sebkha, au milieu de dizaines de sages-femmes. Cet événement constitue la première étape contre la mortalité maternelle et néonatale, dont les indicateurs restent alarmants en Mauritanie.

La campagne nationale sur la planification familiale a réunie des dizaines de sages-femmes.
Table officielle – Crédit : Aidara

En cette année 2020, année de la sage-femme, le ministère de la Santé, avec l’appui de l’UNFPA, a procédé lundi 28 septembre au lancement d’une vaste campagne sur la planification familiale dans les trois Wilayas de Nouakchott et en Assaba.

La cérémonie a été présidée au nom du ministre de la Santé, par le directeur général de la Santé de la mère et de l’enfant, Dr. Moussa Salatou Diagana, en présence de plusieurs directeurs du département de la Santé, ainsi que le représentant résident de l’UNFPA en Mauritanie, SEM. Kaboré et ses collaborateurs. Le médecin-chef du centre de santé de Sebkha et la présidente de l’Association des sages-femmes de Mauritanie (ASFM),  Vatimetou Mint Moulaye, étaient aussi présents.

De G. à Droite : Dr.Diagana, Saidou Kaboré et Vatimetou Moulaye.
De G. à Droite : Dr.Diagana, Saidou Kaboré et Vatimetou Moulaye – Crédit Aidara

Ouvrant la cérémonie de lancement, Dr. Diagana a d’abord salué le rôle des sages-femmes, avant de brosser les réformes apportées dans la restructuration du département de la santé, comme la création d’une direction de la Santé de la mère et de l’enfant, une première, et l’autorisation au niveau communautaire de l’auto-injection du dernier contraceptif, le Sayana-Press, entre autres. « Tout cela n’aurait pas eu lieu sans votre concours, vous les sages-femmes » a-t-il déclaré, déclenchant ainsi une batterie d’applaudissements. Et de poursuivre : « c’est pourquoi je tiens à vous transmettre les félicitations du ministre de la Santé qui compte sur vous pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale en se basant sur l’espacement des naissances comme méthode porteuse« .

La mortalité maternelle et néonatale reste alarmante en Mauritanie.
Les femmes bénéficiaires – Crédit Aidara

Avant, le Représentant Résident de l’UNFPA avait également tenu à féliciter les sages-femmes qui selon lui, travaillent souvent dans des conditions difficiles. Il les a encouragé à poursuivre le combat, car il permet de sauver des vies de femmes, de filles et de nouveau-nés. Et de rappeler que l’UNFPA, à la suite du ministère de la Santé qui a décidé de lancer cette campagne sur la planification familiale, a décidé d’accompagner le département, soulignant que l’essentiel est fait par le ministère de la Santé et à ses côté la société civile, et que son institution n’est là que pour apporter un appui technique et un appui sur certains axes. Il a salué au passage le ministère de la Santé qui, malgré les contraintes liées à la pandémie du Covid-19, a œuvré au maintient et à la continuité des services.

Des efforts pour un service de santé de qualité

Dans l’allocution qu’elle a prononcée à l’occasion, Mme Vatimetou Mint Moulaye a mis l’accent sur les efforts déjà fournis par les sages-femmes pour que chaque femme ait accès à des services de santé de qualité, promettant que la corporation qu’elle représente déploiera encore beaucoup plus d’efforts pour consolider les acquis et sauver davantage de mères et de nouveau-nés de morts évitables. Elle a salué le geste du ministère de la Santé et de l’UNFPA qui a permis de distribuer des blouses neuves aux sages-femmes en marge de la cérémonie, promettant de généraliser la distribution aux quatre sites de son association à Nouakchott, saluant au passage le Ministère et l’UNFPA pour les 700 blouses destinées aux sages-femmes exerçant à l’intérieur du pays.

Les sages-femmes.
Les sages-femmes – Crédit Aidara

Après le centre de santé de Sebkha, centre de référence en matière de santé de la reproduction au niveau national, les deux délégations, celle du ministère de la Santé et celle de l’UNFPA, se sont dirigées vers le Centre d’Arafat Ibn Sina.

Une campagne jusqu’au 26 novembre

A rappeler que la campagne nationale sur la planification familiale s’étendra du 26 septembre au 26 novembre. Cet évènement piloté par quatre ONG nationale, SOS Esclaves, Jeunesse A l’Heure d’El Mina, Fédération mauritanienne des handicapés et l’Association des Sages-femmes de Mauritanie  au niveau des trois Wilayas de Nouakchott, et par l’Association des Femmes Volontaires du Développement en Assaba, est marqué par des journées de sensibilisation et des journées sur sites pour l’offre de produits contraceptifs.

L’objectif est de recruter quelques 700 nouvelles femmes pour la planification familiale et la formation de 400 prestataires de services.

Témoignages

Vatimetou Mint Moulaye, Présidente ASFM

"La planification familiale et l’espacement des naissances contribuent à réduire de 30% la mortalité maternelle et néonatale."

«Je suis très ravie et très contente, d’abord parce que l’année 2020 est l’année des sages-femmes, ce qui nous encourage davantage et ensuite, cette campagne va au profit de femmes aux besoins non satisfaits en matière d’espacement des naissances. On parle de 33 % de besoins non satisfaits en matière de contraception en Mauritanie. Elle va aussi contribuer à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale, les expériences et les études ayant démontré que la planification familiale et l’espacement des naissances contribuent à réduire de 30% la mortalité maternelle et néonatale. Nous, les sages-femmes, nous ne ménagerons aucun effort pour la réussite de cette campagne pour qu’aucune femme ne meurt plus en donnant la vie».

Loubane Mint Ahmed, demandeuse de service PF

«Je suis venue soigner mes enfants, mais je profite de l’occasion pour inviter les femmes à adopter l’espacement des naissances pour leur santé et celle de leurs enfants. Personnellement, je suis une méthode de planning depuis plusieurs années et cette campagne m’offre l’occasion d’en savoir beaucoup plus sur les nouvelles méthodes de contraception, en particulier le Sayana-Press dont j’ai entendu parler ».

Cheikh Aïdara

Partagez

Commentaires