La Mauritanie qualifiée pour la CAN 2019 au Cameroun, contrat rempli pour Corentin Martins

« C’est une joie immense. C’est la première fois, c’est historique, avec tout ce que ça entraîne, les klaxons, les voitures. Franchement, je pense que c’est la joie la plus intense de ma carrière. A la fin, ça a été beaucoup d’émotions parce qu’on voit les joueurs pleurer, des dirigeants pleurer. C’est magnifique quand on arrive à sortir ce genre d’émotions. Il n’y a que le sport qui peut l’apporter. Et de le vivre, c’est assez émouvant. On est super fiers de participer à la prochaine CAN » a lâché le Brestois Corentin Martins sur Radio Monte-Carlo. C’était après la victoire historique de l’équipe mauritanienne, qu’il a repris en main voilà quatre ans, contre le Botswana, le 18 novembre dernier. Victoire qualificative à la CAN 2019 au Cameroun. 

Le staff des Mourabitounes et Corentin Martins (2ème à partir de la gauche) Crédit FFRIM

Contrat réussi pour le sélectionneur national de la Mauritanie, Corentin Martins, qui s’était fixé comme objectifs de «faire qualifier la Mauritanie au CHAN et à la CAN », dès la première déclaration qu’il fît après le choix de la Fédération mauritanienne de football (FFRIM) qui le désignait entraîneur des Mourabitounes en octobre 2014. «Mon projet, c’est d’avancer le football mauritanien, aider l’équipe à gagner un maximum de match, gagner des places dans chaque actualisation mensuelle du classement de la FIFA, se qualifier pour le CHAN et la Coupe d’Afrique des Nations 2017 » avait-il en effet promis. Si la Mauritanie a raté le coche en 2017, elle vient de se rattraper, pour la CAN 2019.

En effet, le 18 novembre 2018, restera une date historique dans la mémoire collective mauritanienne. C’est le jour où la Mauritanie s’est qualifiée pour la première fois à une phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, prévue du 15 juin au 13 juillet 2019 au Cameroun. Première de la Poule I avec 9 points, la Mauritanie avait besoin d’une victoire contre le Botswana pour s’assurer définitivement l’une des deux places qualificative de son groupe, devant l’Angola (9 points) et le Burkina Faso (7 points).

Un match décisif qui avait mobilisé tout un peuple. C’est la première fois qu’une rencontre internationale s’est jouée à guichet fermé à Nouakchott. Les 8 000 places du Stade Cheikha Boidya étaient épuisées depuis la veille et il y avait autant de spectateurs à la devanture du stade, dans les ruelles et aux alentours, avec des écrans géants.

Le président Mohamed Abdel Aziz (en veston sombre) a tenu à soutenir en personne les Mouranitounes (Crédit FFRIM)

Le match était si capital, que le chef de l’Etat, Mohamed Abdel Aziz, le premier Ministre, Ahmed Salem Béchir, plusieurs ministres et hauts dignitaires de la République, avaient fait le déplacement pour assister à la confrontation.

Cueillis à froid dès la 3ème minute sur un but botswanais signé Keeagile Kobe, les Mourabitounes réagiront à la 19ème minute par l’intermédiaire de Ismaël Diakité, provoquant un tonnerre de joie sur les gradins. Un but partout, c’est le score à la mi-temps, un peu après la sortie, côté Botswana, du milieu de terrain des Township Rollers, Segolame Boy, et l’entrée de Mpho Kgaswane de Baroka FC.

Mourabitounes en vert et jaune et les Botswanais en blanc (Crédit Aidara)

A l’entrée, le Botswana se montre dangereux dans les contres, surtout après l’entrée de l’attaquant Tumisang Orebonye. Côté mauritanien, Corentin Martins fera entrer successivement en seconde période Palaye et Homoya à la place de Bâ Adama et de Bessam. Auparavant, c’est l’entrée de Guidilèye Diallo qui va donner du tonus au milieu de terrain mauritanien et permettre de maintenir la pression sur la défense botswanaise. Les Mauritaniens rateront plusieurs occasions de marquer, dont les plus décisifs sont la reprise manquée de Bakary Ndiaye devant le poteau adverse et la tête ratée de Bessam devant les cages grandes ouvertes de Kabelo Dambe, le portier botswanais. De l’autre côté, Souleymane Diallo a réalisé deux arrêts décisifs, dont un face-à-face avec le meneur de jeu botswanais, Onkabetse Makganta.

Les minutes s’égrenaient et le stade s’enflammait, sous les cris soutenus d’un public qui ne cessait de pousser son équipe vers la victoire. Le plus spectaculaire, ce sont ces milliers de téléphones allumés des supporters mauritaniens qui illuminèrent les gradins, comme un sillon étincelant qui menait vers les buts botswanais. Un sillon lumineux qui guida Ismaël Diakité vers ce deuxième but, synonyme de victoire et de qualification historique de la Mauritanie à une phase finale de CAN, à la 83ème minute. Et ce fut la folie dans le stade qui s’enflamma sous un déluge de cris de joie et de fumigène. Les quatre minutes d’arrêt de jeu semblèrent une éternité, et le coup de sifflet final de l’arbitre central comorien, Hassan Mohamed Hagi, vint délivrer tout un peuple.

Le président Mohamed Abdel Aziz ne put s’empêcher de descendre sur le terrain pour féliciter les joueurs et le staff, avant de faire un tour d’honneur pour saluer les nombreux spectateurs qui avaient porté leur équipe pendant plus de quatre-vingt-dix minutes.

Après avoir mené les Mourabitounes Locaux au CHAN 2018 au Maroc, Corentin Martins vient de conduire l’équipe nationale des Mourabitounes A vers la CAN 2019 au Cameroun.

Cheikh Aïdara

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *