Les droits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

Pour la finale de la première édition du concours d’éloquence en Mauritanie, les droits de l’enfant trouvent leur niche. Avec talent.

SEM Hervé Péries, Représentant de l’UNICEF, remettant son prix à l’un des lauréats, ici Aziz Lefghih (Crédit TDM)

Coup de tonnerre dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale où, pour la première fois, samedi 8 décembre 2018, l’auditoire a eu droit à d’autres prestations que celles, habituelles, des élus du peuple. Ce jour historique est porté par des représentants d’une trempe autre, parce que jeunes et d’une éloquence inégalée.

Retenez bien leurs noms :  Haby Mamadou Ndiaye (26 ans), El Moustapha Dedda (26 ans), Yahya MBodj (23 ans), Aziza Lefghih (25 ans), Moïse Meto (22 ans), Fatimetou Hamady (25 ans) et Abderrahmane Sanhory (23 ans).

Sans tabous, ils ont parlé viol, excision, éducation, pauvreté, injustice et iniquité. Et comme le dit une participante admirative : ils ont su tutoyer les âmes par des mots justes.  Les noms de ces sept finalistes resteront longtemps dans la conscience collective. Tellement, à travers ce premier concours d’éloquence lancé par l’UNICEF, en collaboration avec l’Association Traversées Mauritanides, ils ont démontré l’existence d’une jeunesse consciente des défis de son temps et de ses environnements socioculturels et éducatifs.

Une partie des membres du jury (Crédit TDM)

Eux qui sont issus de parcours si différents, allant des sciences (biologie moléculaire et physiologie pour l’une), aux finances, en passant par la comptabilité, le commerce et la communication, nourrissent des passions similaires pour l’écriture et l’expression à travers des implications dans les vies associatives sur le vivre-ensemble et surtout la protection des droits humains.

Chacun des candidats, retenu parmi les 200 candidatures reçues, a séduit le public. Même si, au final, trois lauréats sont sortis du lot, le groupe dans son ensemble n’a pas démérité. D’où la difficulté rencontrée par le jury  qui a mis du temps à faire son choix.

Il était composé de l’ancienne ministre Hindou Mint Aïnina, les journalistes Moussa HBib et Abdoulaye Ciré Bâ, Imam Cheikh ancien secrétaire général du ministère de l’Education et Wane Birane urbaniste, professeur à l’université de Nouakchott et conseiller au ministère de l’Habitat.

Puis, au bout du suspens, un tonnerre d’applaudissements à Yaya MBodj, Abderrahmane Sanhory et Aziza Lefgih. Et une mention spéciale pour Haby Mamadou Ndiaye pour son récit poignant sur Fatima, fillette de 14 ans, violée, mutilée, mariée à un âge précoce, contaminée par le VIH/Sida et qui mourra en donnant vie à un mort-né, après avoir subi rejet et abandon par son entourage.

Partie du public (Crédit TDM)

Les candidats non récompensés par la hiérarchie des lots, Fatimettou Mint Hamady, El Moustapha Dedda, Haby Mamadou Ndiaye et Moïse Méto, ont eu droit à des prix spéciaux de députés de l’Assemblée nationale.

La manifestation a connu aussi des messages forts des poètes Marième Derwich et Mohamed Idoumou, ayant participé au coaching, et de la jeune ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, l’artiste Khoudja.

C’est dans cette ambiance euphorique que les rideaux sont tombés sur cette première édition du concours d’éloquence. Avec des candidats, héros du jour, qui ont croulé sous les selfies et que des députés souhaitent revoir dans l’hémicycle. Ce qui est sûr, c’est que les députés, plus que le public, sont dorénavant imbus de la souffrance de milliers d’enfants à travers le monde mais aussi en Mauritanie. C’est là une belle prouesse réussie par le service de communication de l’UNICEF en Mauritanie et Traversées Mauritanides.

Hervé Péries, représentant de l’Unicef, a tenu ces mots :

« Nous sommes heureux que nos combats trouvent leur écho dans cet emblématique espace qu’est l’Assemblée nationale. Nous disons merci au président de celle-ci, aux députés venus écouter les plaidoiries éloquentes des jeunes pour des causes qui nous concernent tous. » 

 

Cheikh Aïdara

 

Note : La cérémonie d’ouverture de cette inédite manifestation a été marquée par un discours de M.Cheikhany Ould Beibe, vice-président de l’Assemblée nationale.

 

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *