Scandale de la Sonimex de Rosso : Quand des masques menacent de tomber

Article : Scandale de la Sonimex de Rosso : Quand des masques menacent de tomber
14 août 2016

Scandale de la Sonimex de Rosso : Quand des masques menacent de tomber

sonimex

Depuis la disparition de plusieurs tonnes d’engrais au niveau de la Sonimex de Rosso (on parle d’une valeur de 12 Milliards d’UM), des têtes couronnées sortent comme des lapins du chapeau des enquêteurs. Sont évoqués le nom de plusieurs hauts responsables de la société publique d’import-export, mais aussi d’importants hommes d’affaires.

Inspection générale d’Etat, Commissariat chargé des crimes économiques ou police nationale ? Personne ne savait exactement au départ qui s’occupait réellement de cet imbroglio devenu la casse du siècle, tant la confusion régnait. Il faut dire que le scandale est énorme : douze milliards d’ouguiyas d’engrais détournés des magasins de la Sonimex de Rosso, compromettant ainsi une campagne agricole dont le lancement venait d’être donné par le Chef d’Etat. En haut lieu, la colère le disputerait à l’indignation, sonnant l’halali d’un contrôle financier de tout le département chargé de l’Agriculture. «Comment de tels montants peuvent-ils être détournés ? » s’étonnent plusieurs observateurs.
Depuis en tout cas plusieurs semaines, les autorités policières aidées par la gendarmerie multiplient les investigations. Plusieurs tonnes d’engrais ont été saisies, des hommes d’affaires ainsi que de hauts responsables de la société auditionnés. Les enquêtes auraient ainsi porté sur plusieurs départements du Trarza jusqu’à la région du Gorgol voisine. Le champ des suspects s’élargit ainsi de jour en jour, découvrant de plus en plus de têtes couronnées.
L’enquête s’est surtout accélérée depuis que le directeur régional de la Sonimex de Rosso, s’est rendu à la police après s’être caché pendant plusieurs jours. La commission d’enquête constituée dans la foulée aurait déjà entendu une trentaine de suspects, dont le puissant homme d’affaires et proche du président Mohamed Abdel Aziz, Lemar Ould Wedadi, ainsi que le directeur commercial de la société, Mohamed Ould Sbeyi. Ce dernier, qui serait l’un des principaux suspects dans cette affaire, on l’aurait laissé filer pour raisons de santé. Arrêté par la police de l’aéroport alors qu’il voulait se rendre en France, il aurait finalement été relâché et a poursuivi son voyage, après une forte intervention. Pour dire, le laxisme dont ce scandale est géré, poussant certains à prédire la clôture du dossier sans que le moindre auteur de cette entourloupette ne puisse goûter aux  rudesses d’une prison ou que la collectivité ne soit remboursée.
Tous ces interrogatoires se dérouleraient actuellement dans les locaux du commissariat central de Rosso devant les membres de la commission d’enquête constituée du Directeur régional de la Sûreté, du commissaire central de police, du Directeur régional de la Douane et du commandant de brigade de la gendarmerie au niveau du Trarza. Le Directeur général de la Sonimex aurait ainsi été convoqué pour audition et certains parlent même de l’Administrateur directeur général de la SNIM en sa qualité d’ancien ministre du Développement Rural. Ce qui laisse à penser que le détournement découvert se serait accumulé en plusieurs années.
D’autres personnes pourraient aussi être entendues dans le cadre de cette enquête qui dévoile la fragilité du contrôle public malgré l’existence de dizaines de corps chargés de cette tâche

Partagez

Commentaires