Lutte contre la bilharziose, une campagne est lancée dans quatre régions de la Mauritanie

Article : Lutte contre la bilharziose, une campagne est lancée dans quatre régions de la Mauritanie
23 décembre 2019

Lutte contre la bilharziose, une campagne est lancée dans quatre régions de la Mauritanie

La campagne de distributions de médicaments contre la bilharziose a été lancée lundi 16 décembre 2019 et devra se poursuivre jusqu’au 23 décembre prochain dans quatre régions de la Mauritanie, Guidimagha, Gorgol, Brakna et Trarza. Financé par la Banque Mondiale et mis en œuvre par l’Organisation de Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS), ce projet est exécuté par le consortium S3A qui regroupe quatre ONG nationales ayant une longue expérience dans le domaine.

La ville de Sélibaby a abrité lundi 16 décembre 2019 la campagne de distribution de médicaments contre la bilharziose dans le Bassin du Fleuve Sénégal. Cette campagne fait partie d’un vaste projet comprenant également la distribution de moustiquaires et une campagne IEC contre les maladies hydriques, financé par la Banque Mondiale, mis en œuvre par l’OMVS et exécuté par le consortium S3A qui regroupe quatre ONG nationales, l’association pour la Solidarité et le Développement Durable (SDD), l’Association pour le Développement Intégré du Guidimagha (ADIG), l’Association Nationale pour la Formation et l’Assistance Sociale et Sanitaire (ANFASS) et l’Association Jeunesse Action Développement (AJAD).

Le groupement S3A est partenaire du Ministère de la Santé et travaille dans la mise en œuvre de plusieurs activités au profil des populations dans le domaine de la lutte contre le paludisme, le ver de Guinée, mais aussi dans les activités d’Information-éducation-communication en milieu communautaire, entre autres. Ses membres ont déjà à leur actif plusieurs années d’expériences dans ce genre de projets avec plusieurs partenaires, notamment la Banque Mondiale, l’Union Européenne, ou encore le Fonds Mondial. Il est actuellement l’un des partenaires les plus structurés et  spécialisés dans la lutte contre les maladies hydriques (paludisme, bilharziose, ver de Guinée….).

3 doses de 25 mg par kg de poids corporel réparties sur 24 heures. 3 x 25 mg/jour par kg de poids corporel pendant 2 jours. (Crédit Aidara)

La cérémonie de lancement de la campagne de distributions de médicaments contre la bilharziose, à laquelle ont assisté les autorités administratives de la Wilaya du Guidimagha, le corps enseignant et le personnel de santé, s’est traduite par la distribution de plusieurs dizaines de milliers de médicaments aux élèves dans les trois départements de la Wilaya, Sélibaby, Ould Yengé et Ghabou. Le médicament le plus utilisé pour la prévention contre la bilharziose est le praziquantel.

Les villes de Kaédi au Gorgol, d’Aleg au Brakna et Rosso au Trarza ont également lancé le même jour la campagne avant de procéder à la distribution du médicament dans les établissements scolaires relevant de leurs différents départements. Des dizaines de milliers d’élèves ont bénéficié de cette lutte préventive contre la bilharziose ou schistosomiase, cette maladie parasitaire responsable chaque année de la mort de 280.000 personnes. Les organisateurs ont mobilisé des dizaines de volontaires et d’importants moyens matériels pour acheminer les médicaments et procéder à l’administration du praziquantel aux établissements scolaires situés dans les quatre régions cibles.

Un écolier prend sa première dose de praziquantel (Crédit Aidara)

Selon Hamada Ould Bneïjara, président de l’ONG ADIG, «cette campagne intervient dans un contexte où le secteur de la santé en Mauritanie est en pleine réforme et vise à rehausser la qualité de ses services au profit des populations, ce qui suscite un grand espoir. L’OMVS à travers ce projet contribue aujourd’hui à cette réforme en ciblant une frange importante de la population, les enfants de 5 à 14 ans vivant dans des zones où sévit la bilharziose et le paludisme. Ce que nous venons de lancer, c’est juste une composante d’un programme plus vaste qui comprend une large campagne d’informations et de communication pour le changement de comportement ainsi que la distribution à grande échelle de moustiquaires au niveau des quatre régions que sont le Guidimagha, le Gorgol, le Brakna et le Trarza».

D’après une étude récente publiée sur le site cairn.info, «les bilharzioses demeurent toujours un problème de santé publique dans le bassin du fleuve Sénégal, malgré plusieurs traitements de masse au praziquantel 600 mg». Il apparaît qu’à la forme urinaire endémique dans toutes les zones écologiques, le passage à la forme intestinale a été confirmé au niveau de la Vallée du fleuve. D’où la recommandation d’administrer fréquemment les médicaments et de prendre en compte les pratiques sociales ainsi que les réalités sociologiques pour éradiquer la bilharziose du bassin du fleuve Sénégal.

Cheikh Aïdara
Groupe des Journalistes Mauritaniens pour le Développement (GJMD)

Partagez

Commentaires