Financement et Insertion sociale de 70 femmes guéries de la fistule obstétricale à Kiffa

Article : Financement et Insertion sociale de 70 femmes guéries de la fistule obstétricale à Kiffa
4 juillet 2020

Financement et Insertion sociale de 70 femmes guéries de la fistule obstétricale à Kiffa

Les autorités administratives et communales de Kiffa ont remis des financements pour des activités génératrices de revenus à l’intention de 70 femmes guéries de la fistule obstétricale. Venues de Kiffa et de localités lointaines de l’Assaba, ces femmes se sentent enfin membres entiers de la société et ont oublié les affres d’années d’isolement et de marginalisation.

Mme Seydi Camara, lors du lancement de la journée (Crédit AFVD)

La capitale de l’Assaba, Kiffa, a abrité mercredi 23 juin 2020, une cérémonie de remise de financements destinée à des activités génératrices de revenus (AGR) au profit de 70 femmes guéries de la fistule obstétricales. Chacune des femmes a reçu un montant de 31.000 MRU (soit 310.000 anciennes ouguiyas), en plus d’une formation en gestion qui, pour cause de Covid-19, s’est déroulée en plusieurs sessions, regroupant pour les deux premières 15 femmes, la troisième session a regroupé 30 femmes et une dernière session, 10 femmes.

Le Wali de l’Assaba remettant un fonds à une bénéficiaire

Cette cérémonie s’est déroulée à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les fistules obstétricales, célébrée cette année 2020 sous le thème «Mettre fin aux inégalités entre les sexes – Mettre fin aux inégalités en matière de santé – Mettre fin à la fistule maintenant !». Elle a été marquée par les mots prononcés par le Wali de l’Assaba, Mohamed Ould Ahmed Maouloud et le maire de Kiffa, Dr. Jemal Ould Keboud, qui ont tous les deux remercié le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) pour ses nombreuses actions d’appui au gouvernement mauritanien et pour le bien-être des populations, en particulier dans le domaine de la santé de la reproduction et la lutte contre la fistule obstétricale. Ils ont également remercié l’AFVD pour son accompagnement sans relâche des femmes malades de fistule.

le Maire de Kiffa remet un financement à une bénéficiaire

Il est heureux de constater que dans le contexte de la riposte à la COVID-19, les efforts pour mettre fin à la fistule se sont poursuivis en Mauritanie. Ainsi, la fourniture de services de santé maternelle de qualité et universelle est resté une priorité pour les autorités sanitaires qui ont maintenu le curseur sur les services de prévention, de traitement et de suivi de la fistule, qui continuent de bénéficier d’une attention particulière. Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) qui prend en charge les questions de santé sexuelle et reproductive, reste pleinement engagée à fournir des soins de santé maternelle sûrs et efficaces aux femmes et à leurs bébés.

Formation en gestion des bénéficiaires

A noter que toutes les activités liées à la réparation chirurgicale, à la prise en charge et à l’insertion des femmes nouvellement guéries de fistules obstétricales, sont financées par l’UNFPA. L’exécution de ce dernier programme de réinsertion a été confiée à l’Association mauritanienne pour la promotion féminine (AMPF) qui a délégué cette tâche à l’AFVD, vu son expérience et son expertise dans le domaine.

Il faut souligner que l’hôpital de Kiffa, après l’hôpital Mère et Enfant de Nouakchott, est devenu le deuxième centre d’excellence pour la réparation des fistules obstétricales en Mauritanie, grâce à son plateau technique relevé, à son pool de chirurgiens spécialisés et à son partenariat fructueux avec l’UNFPA, l’ONG française «Equilibre et Population», ainsi que l’association «Women Alliance Health Association» (WAHA).

Témoignages de bénéficiaires

Ougueya Mint Hayi

«Je suis particulièrement honorée d’avoir bénéficié de cet appui important de la part de l’UNFPA, de l’ONG AFVD de Seydi Camara et de l’Etat mauritanien. C’est le deuxième financement que je reçois, après un premier qui m’avait permis d’ouvrir une boutique de détails à mon domicile et qui n’était à l’époque que de 50.000 MRO (ancienne ouguiya). Avec ce nouveau financement, je pense que je parfais mon insertion car cela va me permettre de développer une deuxième activité que j’ai entamé au niveau du marché central de Kiffa. Ainsi, je peux plus que jamais financer l’étude de mes enfants, aider mes parents ainsi que mon mari».

Coumba Falili

«J’ai 36 ans et j’habite dans la localité de Ghayrani, un petit village relevant du département de Kankossa. Je suis mariée et mère d’un garçon et de quatre filles. J’ai été guérie de la fistule obstétricale depuis quelques années mais c’est la première fois que je bénéficie d’un financement. Je viens d’arriver chez moi, et j’ai ramené de la marchandise. Avec le financement qui vient de m’être octroyé, je compte me lancer dans le commerce général, mais aussi dans la vente de couscous. Je remercie Seydi Camara pour tout ce qu’elle fait pour les femmes malades de fistule obstétricale et je remercie aussi ses partenaires, l’UNFPA, le ministère de la santé et les autorités qui ont facilité notre déplacement à Kiffa pour suivre une formation sur la gestion et recevoir ces fonds.»

Cheikh Aïdara

Partagez

Commentaires