Des droits de l’homme à l’écologie, IRA Mauritanie élargit ses domaines d’intervention

Article : Des droits de l’homme à l’écologie, IRA Mauritanie élargit ses domaines d’intervention
27 octobre 2020

Des droits de l’homme à l’écologie, IRA Mauritanie élargit ses domaines d’intervention

L’initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), qui s’est distinguée depuis sa création en 2008 par sa lutte implacable contre l’esclavage en Mauritanie, a désormais son bras armé pour la défense de l’environnement. La naissance de « IRA Ecologie » a été en effet annoncée lundi 26 octobre 2020 au cours d’une conférence de presse animée par le député et président du mouvement IRA, Birame Dah Abeid, entouré du coordinateur de IRA Ecologie, Sidi Mohamed Taleb Ely et ses collaborateurs.

De Dr. à G. Sidi Mohamed Taleb – Birame Dah Abeid – Aminata Dia – Fatima Bangoura – Crédit Aîdara

« La naissance de IRA-Ecologie marque une nouvelle étape dans la défense par le mouvement IRA-Mauritanie des 17 branches reconnues des droits humains par les Nations Unies, dont la lutte en faveur de l’environnement ». C’est en ces termes que le député et président du mouvement abolitionniste IRA, Birame Dah Abeid, a ouvert la cérémonie de lancement des activités de cette nouvelle entité qui vient donner une nouvelle orientation à la lutte que mène le mouvement depuis sa création en 2008 contre l’esclavage en Mauritanie.

Sidi Mohamed Taleb – Crédit Aidara

Birame Dah, qui s’est dit satisfait du « climat d’apaisement politique qui prévaut depuis l’arrivée du président Mohamed Cheikh Ghazouani à la tête du pays » a salué le respect par le pouvoir actuel des défenseurs des droits humains et l’exercice sans entrave des libertés publiques.

Citant le contexte mondial marqué par la priorité accordée à la préservation de l’environnement et au développement durable, Birame Dah Abeid a déclaré que la Mauritanie fait face à plusieurs défis liés à la surexploitation des richesses halieutiques, minières et agro-sylvo-pastorales, due selon lui au nom respect des normes environnementales et l’agression holistique exercée contre la nature.

Aminata Dia lisant le communiqué – Crédit Aidara

C’est dans ce cadre, dira-t-il en substance, qu’un groupe parlementaire est sur le point d’être mis sur pied. Cet élan passera selon lui par l’engagement encore plus ferme des autorités pour arrêter les diverses atteintes à l’environnement, mais aussi par des campagnes plus accrues pour des changements de comportement citoyen au niveau communautaire.

« IRA-Ecologie sera ainsi, selon le leader de IRA-M, une force de proposition et d’actions, à travers la mise sur pied de vigiles de défense de l’environnement et l’organisation de campagnes de sensibilisation populaire pour faire prendre conscience aux populations de l’intérêt à préserver l’environnement pour assurer un réel développement durable« .

A son tour, Sidi Mohamed Taleb Ely, coordinateur de IRA-Ecologie, qui s’est présenté comme un expert dans le domaine de l’environnement, a déclaré que l’entité naissante se fixe plusieurs objectifs, dont la protection des droits économiques des communautés autochtones, la promotion de l’arbre, de l’énergie solaire et du civisme écologique, la sensibilisation sur les conséquences multidimensionnelles de la désertification, entre autres.

Une partie de l’assistance – Crédit Aidara

Avaient assisté au lancement des activités de IRA-Ecologie des parlementaires, des présidents d’association de droits de l’homme, plusieurs journalistes et sympathisants du mouvement IRA.

Le bureau de IRA-Ecologie est composé de :

Sidi Mohamed dit HIDI, Coordinateur
Fatima Bineta Bangoura, Coordinatrice adjoint
Amadou Traoré dit Baba, Délégué à la vulgarisation
Hassane MBareck, Chargé des projets
Izidbih Jaafar, Délégué à la formation
Hamza Camara, Représentant régional chargé du suivi et de la synthèse
Aminata Dia, Contrôleur de conformité

Cheikh Aïdara

Partagez

Commentaires