Centre de santé de Ould Yenge, forte affluence autour de la planification familiale

Article : Centre de santé de Ould Yenge, forte affluence autour de la planification familiale
2 novembre 2020

Centre de santé de Ould Yenge, forte affluence autour de la planification familiale

Le Centre de Santé de Ould Yenge, avec ses 68.341 habitants, connaît une forte affluence, notamment autour des services de planification familiale. L’arrivée mercredi 29 octobre d’une nouvelle unité d’échographie, avec ses tables, ses lampes d’examen et ses sondes,  don du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et son programme CERF, a été bien appréciée par le personnel.

Le centre de santé de Ould Yenge – Crédit Aidara

La mission conjointe Ministère de la Santé-UNFPA est arrivée à Ould Yengé le mercredi 29 octobre 2020. Dirigée par Dr. Youba Dieng, la mission avait pour objectif d’installer une unité d’échographie et ses accessoires, deux tables, deux lampes d’examen, deux sondes, un stabilisateur et d’autres supports. En l’absence du médecin-chef et du deuxième médecin, la mission a été accueillie par le Major et la Sage-femme principale.

L’installation du matériel s’est fait nuitamment, sous la supervision de l’ingénieur biomédical du Ministère de la Santé, Ahmed Mheimid. Yaye Coulibaly, sage-femme principale et sa collègue, Zeynabou Mint Isselkou, ont été rapidement formées sur les fonctionnalités du nouvel appareil, notamment celles concernant l’obstétrique.

Dr. Dieng (debout en tee-shirt orange) et l’Ingénieur Ahmed encadrant les deux sages-femmes, Yaye Coulibaly (extrême gauche) et Zeynabou Isselkou (extrême droite) – Crédit Aidara

Ici comme ailleurs, l’absence de formation sur l’échographie a été le principal grief soulevé par le personnel de santé.

«Je suis de la promotion de 2014 et j’ai fait mes débuts à Kaédi avant de rejoindre le Centre de Santé de Ould Yengé en 2016. J’ai suivi une petite formation en échographie en 2017 à Nouakchott, mais j’ai besoin encore d’avantage de formation » a déclaré Zeynabou Mint Isselkou.

Parlant des problèmes liés à l’accouchement au niveau de Ould Yenge, Yaye Coulibaly a souligné que les complications se situent entre le 1er  et le 3ème trimestre, avec des cas de saignement, d’avortement et d’éclampsie. «Heureusement que nous disposons des 4 médicaments essentiels pour faire face à tous ces problèmes, ce qui nous permet d’afficher zéro décès jusque-là» reconnaît-elle.

Le Centre de Santé de Ould Yengé dispose de deux ambulances, dont une toute neuve équipée, don de la Coopération espagnole. «Le Centre couvre 13 postes de santé. Il est classé SONU B complet. Nous référons selon les saisons, soit à l’hôpital de Kiffa, soit à Sélibaby», fait remarquer le Major.

Le Centre de Santé de Ould Yengé fait 30 à 40 accouchements par mois, ce qui est trop pour les deux sages-femmes qui disent avoir besoin de renforts en personnel sages-femmes ou Infirmiers obstétriciens.

Le rang devant la salle d’échographie – Crédit Aidara

C’est surtout les services de la planification familiale (PF) qui connaissent la plus grande affluence, selon les sages-femmes. «Nous sommes dans une zone où les populations sont bien sensibilisées sur la PF, d’où la forte demande en produits contraceptifs modernes. Les femmes demandent les injections, mais surtout le Sayana-Press qui est très sollicité. Nous pratiquons aussi le post-parten» souligne Yaye Coulibaly. Les services de la PF traitent selon elle, 40 à 60 patientes par mois.

L’acquisition de la nouvelle unité d’échographie permettra au centre de santé de disposer de deux appareils, avec l’ancien qui continue de fonctionner, fait remarquer Zeynabou Mint Isselkou. «Nous avons en tout cas besoin de deux sages-femmes supplémentaires, pour s’occuper des consultations pré et post-natales» insiste-t-elle.

Cheikh Aïdara

Partagez

Commentaires